Château de Vittel

Domaines des Von Frayner de Sparte
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Mar 25 Oct - 15:54

Citation :
HRP : Les funérailles ayant lieu en gargote lorraine, je note ici pour que toute personne n'y ayant pas accès puissent lire

Uriel a écrit:
Quelques jours plus tard ...

Parce qu'on ne peut y échapper, hélas ...

[Cathédrale de Toul, 24 Octobre 1459]

... une fois encore, les cloches allaient résonner du glas funèbre. Une fois encore, Uriel allait célébrer un enterrement ; une fois encore, il mettrait en terre parent et amis.
Et ce n'était pas n'importe qui, le premier, Mun von Frayner, un aigle, un pilier de la Lorraine, lui qui fut tant à combattre pour l'Eglise, en tant que Vidame de Trèves, puis croisé à Genève, où il rendit son dernier souffle. Mun avait accepté d'être le parrain d'Uriel lorsque celui-ci se fit baptiser, en novembre 1456 ... cela faisait-il donc si longtemps ?
Ensuite venait le fils ... Flavien, un deuxième aigle, époux de la Duchesse Jade, assassiné lâchement à Nancy ...

En ce jour, le clerc n'eût pas le courage de se lever aux aurores pour regarder le soleil se lever derrières les flèches de l'édifice sacré, il arriva assez tôt pour tout préparer, redisposer les bancs et allumer quelques cierges, car il faudrait bien cela ... en cette fraîche matinée d'octobre, le temps était maussade et un petit crachin mouillait absolument tout. C'est bien vêtu qu'il faudrait se rendre au cimetière, par la suite.
Pénétrant dans la Cathédrale, il se signa, remonta l'allée centrale en serrant les dents. Il s'agenouilla devant l'autel et pria longuement, pour les défunts, mais aussi pour ce petit être qu'il ne connaîtrait jamais, cet enfant né de son union avec Sybille, cet enfant qui n'avait vécu que quelques jours, emportant avec lui tous les espoirs du couple mais aussi le fil de la raison de la Duchesse d'Herbéviller. La roue du temps et de la fortune avait tourné pour lui, là où tout lui réussissait, le destin aujourd'hui l'accablait de toutes parts, faisant s'effondrer un monde qu'il avait mis des mois entiers, des années à construire ... ainsi sa foi était-elle mise à dure épreuve.

Mais l'heure de se lamenter n'était pas pour lui, mais bien pour les autres. Il se releva, péniblement, sentant sur lui le poids de la tristesse et du chagrin. Son sourire jovial avait disparu et son coeur, autrefois si joyeux n'était plus qu'un fruit desséché battant lourdement dans sa poitrine.
Dans la sacristie, il se changea, revêtant une soutane noire, couleur du renoncement puis enfin, il alla sonner les cloches, restant dans le clocher pour voir les fidèles arriver.



Dong ... Dong ... Dong ...


Aujourd'hui, il n'avait pas envie de sourire, pas envie de se mêler à la fouler, il ferait l'office qu'il avait promis à une amie qui s'était révélée sincère.

Jade.de.sparte a écrit:
Après le couronnement, la jeune femme était restée, demander l'impensable à un ami, pour les funérailles du père et du fils. Elle savait qu'elle en demandait beaucoup, elle ne pouvait pas faire autrement... Uriel était depuis si longtemps uni à la famille, nul autre que lui ne pouvait leur rendre ce dernier hommage...

Vêtue de noir comme elle le faisait quotidiennement depuis des semaines, c'est une rousse, enceinte, au ventre arrondi mais non rebondi, accompagnée de son bambin qui entra sans cérémonie au sein de la Cathédrale. Elle tenait à être la première arrivée et seule, pour se recueillir en paix.

Jade ne vit pas Uriel et se dirigea vers la nef, se mettant à genou pour prier, Maximilien croyant à un jeu, marcha à quatre pattes autour de sa mère, trop jeune pour comprendre qu'aujourd'hui on mettrait en terre son père. Les yeux fermés, livide, la Sparte joignit les mains pour prier...

Katarina a écrit:
Katarina avait fait le voyage avec son fils Grégor. Celui ci l'avait averti du drame qui avait touché sa fille Jade. Du fond de sa retraite au monastère, elle en avait loupé des choses, comme la naissance de son petit fils .. toujours est-il qu'elle ne pouvait pas laisser sa fille ... pour avoir elle-même vécu la perte d'un être cher.

Elle connaissait mal la Lorraine n'y étant venu que peu de fois mais trouva sans mal la Cathédrale. La Comtesse entra, elle avança lentement vers la nef ou elle aperçut une femme qui se recueillait et un enfant. Elle avança un peu plus rapidement toujours sans bruit pour ne pas déranger ...

Arrivée derrière Jade, elle posa doucement une main sur son épaule pour ne pas lui faire peur. Puis elle regarda le bambin, lui sourit tout en sentant ses yeux s'emplir de larmes.


Jade ...

Quand votre frère m'a appris ...

Elle remarqua le ventre arrondi ... Gregor le lui avait dit aussi .. elle n'en fut que doublement triste ... ses deux enfants qui n'auront pas la chance de connaitre leur père .. Jade veuve si jeune ...

Ellebasi40 a écrit:
Lever ho aurore pour les funérailles de son mentor et ami Mun et de son fils Flavien, en réalisant pour la première fois que je ne les verrais plus jamais .
De notre rencontre avec Mun ,je su au fond de moi que ça serait quelque chose qui me marquerait énormément .
Il m'a pris sous son aile, étant à son service comme chef et organisatrice des repas .
La première fois que je l'avais rencontré c'était à Verdun en taverne avec sa future femme Elou et la naissance de Flavien, que de bon souvenir se fut en y pensent avec nostalgie ..

Revenant au présent, en avant la cathédrale approcher et senti une énorme boule au fond de moi, m'envahir tout entière .

Descendant du carrosse avala une grande bouchée d'air frais et avança lentement vers l'entrer ce qui me fit arrêté un moment sur le pas de la porte .
Allez Ella... en déglutissant et avalant un peu de force en moi- même
Tu as promis que tu serais la sentant mes yeux me brouiller la vue .
Je n'aurais pas imaginé un seul instant que ça me ferait agir ainsi, il était comme un père pour moi
.
.


Vit deux silhouettes se recueillir sur le cercueil et préféra attendre un peu en se signant et avança vers Uriel
Bonjour Uriel, dis -je timidement en voyant sur son visage la tristesse de la perte .

Que j'aimerais être ailleurs en ce moment en levant timidement mon regard vers Jade en silence et pour moi, même je suis de tout coeur avec toi en ce moment de douleur .....

Lisandru_michiel a écrit:
Accrochant Syrius, son cheval qu'il commençait à peine à dressé à un piquet prévu pour près de la cathédrale, il entra discrètement dans celle-ci entièrement vêtu de noir. Rien que l'atmosphère le plomba.
Trop de vieux souvenirs quand c'est ainsi, trop, même si on ne touche pas encore du doigts le pourquoi du comment quand on atteint presque l'âge de raison, on le devine, on le perçoit, ce vide, ce trou béant. Les gens passant en silence, il se repointa devant la cathédrale comme bien des années avant, trop de mauvais souvenirs trop...
Sa tête lui disait tourne les talons, part loin, son cœur le contraire. pour jade...

*Pour la duchesse..*

Se répéta t'il encore et encore. Il entra dans l'édifice se joignant au recueillement, à la tristesse, la douleur, à la prière. Il s'était mit à l'arrière sur un banc, le cercle au centre de la nef.

Dites père, maman fait dodo là ?


Un enfant passa devant ses yeux, petits, les cheveux noirs autant que ses yeux, tout habillé en deuil tenant par la main une petite fille marchant à peine.
*Pour toujours...* ses mots résonnèrent légèrement dans la cathédrale où dans sa tête... Il cligna des yeux, les enfants et un jeune homme au visage rond derrière eux disparut laissant juste au yeux de Lisandru, l'image de Maximilien près de sa mère restant là dans le silence. Lui qui n'avait strictement peur de rien, resta sur le banc, assis, blanc comme un linge face à ses pires hantises, les mains moites, un peu tremblante n'osant même pas allé vers sa tante qu'il distinguait au loin

Jade.de.sparte a écrit:
Elle resta là, à genoux, priant pour son beau-père et son époux, recommandant leurs âmes au Très-Haut, inconsciente de ce qui se passait autour d'elle, accablée par l'épreuve. Immobile, encore foudroyée par la peine qu'elle éprouvait suite au décès de Flavien.

Une main doucement posée sur son épaule la sortit de sa torpeur, Jade se retourna et vit le visage bienveillant et compatissant de sa mère. La rouquine se releva et se blottit dans les bras de celle qui la consolait enfant, comme si le chagrin pouvait se dissiper ainsi encore une fois !


Maman...

Le mot était sorti en douceur avec une pointe d'appel à l'aide empreint de tristesse, mot non usuel alors qu'elle la nommait toujours "mère" mais qui marquait à quel point la Sparte avait besoin d'elle en cet instant. Dans ses bras, elle se laissa à pleurer, sans retenue, en toute confiance.

Un coup fortement tiré sur sa robe la secoua de sa léthargie, Maximilien s'était hissé sur ses jambes en se servant de la robe de sa mère et Jade se dégagea en douceurs des bras de la Comtesse, sécha ses larmes, pour prendre dans les siens son fils d'un peu moins de un an dans ses bras


Maximilien, voici ta grand-mère Katarina...

L'enfant, blond aux yeux bleus comme son père, se contenta d'un long "mamamamama" en serrant et desserrant ses petits doigts comme pour attraper quelque chose. De toute évidence, la Sparte était fière de son fils et le vénérait comme un trésor précieux, sentiment qui s'était accentué depuis la tragique disparition de Flavien. La Duchesse avait remarqué le regard de sa mère vers son ventre et lui sourit tristement.

C'est pour bientôt... pendant la seconde moitié du mandat... Merci d'être là mère, si vous saviez à quel point votre présence compte pour moi...

Des pas résonnèrent et la jeune femme tourna la tête en la direction d'une femme qu'elle reconnut... Ellebasi... cette femme était d'une générosité sans pareille et Jade lui adressa un regard reconnaissant, elle irait lui parler dans un instant, le temps de se reprendre. Lisandru arrivait à la suite, elle fit de même bien que le trouvant fort pâle... Pour l'heure, Jade s'accrochait à son fils et à sa mère pour garder contenance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Ven 28 Oct - 5:08

Ellebasi40 a écrit:
Captant un bref instant le regard de Jade au passage et fit de même quel courage tout de même, son beau père et ensuite son époux en imaginant ca peine en se moment ..

Se retournant et vit arrivé son neveux la démarche lente comme s'il était plonger dans de douloureux souvenir
Levant son regard et aperçu un bref instant son visage et ses yeux tout troublés comme seul au monde ..

Son visage blanc comme linge le vit prier et fronce les sourcils en l'examinant comme de la peur ....

Veuillez m'excuser Uriel en le laissant et se dirigea vivement vers Lisandru ..

Pour pas le faire sursauter de surprise ,j 'arrivais silencieusement et lui posa tendrement ma main sur ses mains
Lisandru en rencontrant son visage et vit toute sorte d'expression en ressortir .

Je suis la en lui glissant mon autre main sur ses épaules..
Ça va ?inquiète de ce silence

Lisandru_michiel a écrit:
Il sursauta en sentant un main se posé sur lui. tournant la tête, c 'était sa tante qui venait de l'appeler et qui était là. Il la regarda les yeux un peu perdu en hochant la tête

J'ai disons... un sainte horreur des enterrements

Il y en a qui courait à la vue de l'eau, d'une minuscule araignée, d'une petites souris, d'un rat. Lui avait l'impression de fondre sur place quand on devait mettre quelqu'un en terre. Autant de peur mêlée à la tristesse et la souffrance. Le jeune homme était déjà d'un premier abord empathique, ici c'était encore pire.

Il n'avait pas besoin d'expliquer en long et en large à sa tante ce qui le rassura un peu. Il prit une grande respiration en la regardant en coin, les mains jointes sur ses genoux. Il avait beau prié le seigneur, il ne comprenait jamais pourquoi il ramenait les personnes à lui trop tôt, toujours trop tôt...

Marjolainne a écrit:
Marjolainne n arrivait plus à quittait ces satanées robes noires depuis des mois..
Combien de temps encore la mort allait elle toucher sa famille et ses amis ,elle ne le savait

Elle arriva à la cathédrale l air abattu les yeux rougit ,son frère lui avait annoncé pour son bébé et elle avaitété triste pour lui et sa femme .
là elle se devait d etre là à coté de Jade car Mun eétait son neveu préféré et flavien qu elle n avait meme pas pu protégé alors que Mun le lui avait demandé .
Elle sentait le poids des années tombés sur ses épaules et le chagrin qui ne la quittait pas.
Seul son fils Ethan était le rayon de soleil qui l empêchait de sombrer à son tour.

elle traversa la cathédrale vit son frère ,lui fit un pale sourire puis continua croisant Ellebasi et Lisandru puis alla se mettre à sa place

Lavania a écrit:
Lavania s'était vêtue sobrement pour les funérailles de Mun et Flavien von Frayner. Bien entendu, elle aurait préféré être à mille autres endroits plutôt qu'à ce genre de cérémonie, mais cela faisait partie de la vie comme tout autre chose et puisque c'était une épreuve difficile, la jeune femme avait décidé d'apporter son soutien à Jade.

Ainsi, elle se présenta à l'Église, tranquillement, pas d'enfants puisqu'ils étaient à Epinal. (C'était la faute du père s'ils étaient pas avec elle et elle commençait à trouver le temps long.)

Mais bon ce n'était que de petit soucis comparé à Jade et ses enfants aurait sans doute fait trop de bruit pour ce genre de cérémonie.

Lavania se fit donc discrète, s'assoyant derrière. C'est qu'elle avait très peu ou peut-être même pas connu Mun et avait connu Flavien petit du temps qu'il était à Verdun, mais c'était tout et elle ne voulait donc pas déranger la famille en cette dure journée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Ven 28 Oct - 5:09

Uriel a écrit:
C'est un homme fatigué et las qui descendit du clocher, saluant Ellebasi, qui était d'une gentillesse à toute épreuve. Il hocha la tête lorsqu'elle partit puis remonta l'allée centrale sans vraiment prendre garde, le dos un peu voûté par le poids du chagrin.
Passant près de Marjolainne, sa main se glissa dans la sienne et il la serra fort, sans lui faire mal, mais pour lui signifier qu'il allait quand même bien, physiquement parlant.

Enfin, il prit place derrière l'autel, et soupira, il était l'heure de commencer.
Le jour viendrait, prochainement, où le corps devant lui serait celui de celle pour qui sont coeur s'était emballé ...


Chers Frères et Soeurs !
Aujourd'hui, nous voici réunis afin de nous recueillir pour deux aigles, deux hommes qui ont servi la Lorraine, sur ce qu'ils ont fait, sur ce qu'ils ont accompli.

L’Homme, fait de terre et d’eau, est par nature attiré par le centre de la terre, mais l’amitié vraie élèvera son âme. Si elle est digne de rejoindre le Très-Haut, elle ne s’enfoncera pas comme le corps vers le froid des enfers ! Bien au contraire, elle trouvera sa vraie nature, qui est naturellement de s’élever vers notre Bienveillant et Absolu Créateur.


Il marqua une légère pause puis reprit.

Après que tous nos regards aient croisé le leur, qu’ils puissent enfin voir le Tien, Glorieux Tout Puissant.
Seigneur, ne détourne pas Ton regard de nos amis.

Après l’amitié qu’il a reçu et qui a guidé leur vie, accorde leur l’amitié ultime qu’est la Tienne, Omniscient et Omnipotent Très-Haut.
Seigneur, ne détourne pas Ton regard de nos amis.

Après les peines et les larmes qui ont obscurci leur vie, illumine leur route pour l’éternité.
Seigneur, ne détourne pas Ton regard de nos amis.

Bienveillant Créateur, nous tournons vers Toi nos espoirs à l’heure où disparaîssent les amis, les parents, les maris qui nous sont chers.
Accorde-nous l’espérance de les revoir auprès de Toi pour les siècles des siècles.

Amen


Nouvelle pause, recueillement. Le moment de se rappeler les actions de Mun et de Flavien.

Il entonna ensuite le Credo.




Puis il invita tout un chacun à le réciter après lui ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Ven 28 Oct - 5:43

Isis25 a écrit:
Isis arriva en retard à la cathédrale.
Elle avait ressenti le mal être de son ami Uriel.
Le lien qui les unissait dans leur amitié n'avait jamais été aussi fort.

Elle se glissa discrètement dans un coin et lui fit un léger signe de la main.
Lui montrant ainsi qu'elle était là et qu'il pouvait compter sur elle comme toujours.
Elle récita en silence une prière qui lui revint en mémoire.
Prière que son maître et ami Séthi lui avait apprise pour l'âme des défunts.

Elle avait bien connu Mun et avait vu naître et grandir Flavien.
Un garnement qui aimait bien la taquiner à tout moment.
Bien des souvenirs lui revenaient en mémoire ces derniers temps.

Elle ferma les yeux afin de se concentrer sur la triste cérémonie.
Et écouta les paroles de son ami qu'elle trouvait bien fatigué d'ailleurs.

Jade.de.sparte a écrit:
Jade s'était accrochée à sa mère, tel un noyé s'aggrippe à une bouée. Semi-consciente de ce qui passait autour d'elle, un brouillard épais l'entourait, elle était engourdie par le froid qui la tenaillait, ne parvenant pas à s'approcher des tombes, n'allant ni vers les morts, ni les vivants... mais ce qui lui faisait le plus mal était les absents... Elle vit arriver Marjolainne, Lavania, Isis... qui restèrent un peu en retrait mais la Sparte fut touchée qu'elles ce soient déplacées.

Uriel remonta l'allée passa près d'elle mais préoccupé, elle ne dit rien, figée, se laissant entraîner pas sa mère dans le premier banc, regardant les places désespéremment vides, son coeur se serra dans sa poitrine, elle avait si mal... ses deux hommes ne méritaient pas une cathédrale à peine remplie... ses doigts se crispèrent sur le banc et elle inspira profondément pour calmer la douleur qui l'accablait alors que la cérémonie débutait, le calvaire qu'elle redoutait plus que sa propre mort !

Uriel débuta et Jade écoutant ses paroles, se rémémorait le père et le fils. Elle avait certes plus de souvenirs pour Flavien mais se souvenait encore de sa première rencontre avec Mun, c'était lors du mariage de Uriel et de Sybille... La Duchesse leva alors les yeux vers l'Archidiacre, compatissant à sa peine, elle savait que trop ce qu'il pouvait ressentir... puis ses pensées revinrent à Flavien qui lui avait souvent répété qu'il l'avait aimée dès leur première rencontre alors que Jade, encore une adolescente tombait sous le charme du beau Lorrain, acceptant sa demande en mariage des plus romantiques à peine 3 mois plus tard. Puis leur mariage... cérémonie simple mais vraie, où leurs serments venaient du fond du coeur, leur voyage de noce, la première grossesse dont la Sparte perdit l'enfant, leur déménagement en Lorraine, la joie d'apprendre qu'elle portait à nouveau la vie... donnant naissance à Maximilien, puis un second enfant... avant le jour fatidique... Comme elle avait aimé Flavien ! Comme elle l'aimait encore ! Elle lui vouait un amour inconditionnel et l'avoir dans sa vie avait été un cadeau exceptionnel... que le Très-Haut lui ravissait... la jeune femme ne trouvait pas la paix depuis ce temps, combien de fois se réveillait-elle en sueurs froides suite à des cauchemars où elle revoyait Flavien se vidant de son sang dans les forêts de Vittel ! Elle secoua la tête pour chasser l'horrible image, pour ne revoir que le beau visage de son bien aimé...

La voix douce mais triste d'Uriel entonna le credo et Jade, accablée par sa peine, commença à réciter les mots mais sa voix se brisa, écrasée dans sa gorge alors qu'elle parvenait à peine à retenir ses larmes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Ven 28 Oct - 21:09

Gregor. a écrit:
Voila qu'à peine la cérémonie de bénédiction du mandat finie qu'une autre se préparait déjà. Entre temps, la mère de Grégor et Jade arriva, puis les rejoignit. Grégor l'avait peu vu dans cet état, à la fois heureuse de découvrir son petit fils, mais si triste par le moment choisi. Il lui fit une bise en signe de respect puis se plaça aux côtés de sa soeur, afin de la soutenir dans la dure épreuve qui allait se dérouler.

L'homme d’Église remontait l'allée centrale de la cathédrale de Nancy. La cérémonie allait commencer, et Jade avait l'air éplorée. Katarina, leur mère commune prit Jade par le bras pour l'amener vers un banc afin de s'y asseoir. Le moment était triste, la cathédrale si vide. Jamais il n'avait vu son beau-frère, Flavien, et là seule fois qu'il le verrait, ce serait pour ses funérailles. Grégor s'en voulait pour cela, il avait toujours repoussé le voyage en Lorraine, préoccupé par d'autres affaires qu'il jugeait importantes, mais maintenant il était trop tard pour remonter le temps, ça l'était impossible. Et il s'en voulait. Peut-être aurait-il pu éviter cet assassinat, s'il avait été présent ... Sans doute que oui, seule contre tous, Flavien n'avait que peu de chances, et Grégor le savait pour avoir combattu dans l'armée franc-comtoise ... Il regardait sa soeur en larmes, alors que la cérémonie venait de débuter. Son neveu était assis sur les genoux de sa mère, calme, sentant sans doute la tristesse de cet événement. De temps en temps, le jeune Maximilien le regardait, et Grégor s'efforça de lui sourire, bien qu'il n'en avait pas envie, il allait assister aux funérailles de son beau-frère, le père du petit von Frayner. Mais le jeune ne comprenait certainement pas tout, et Grégor s'était juré de le protéger lui et sa mère, sa soeur.

Le moment du Crédo était arrivé, il regarda de nouveau sa soeur qui n'en pouvait plus. Bien qu'elle fut Duchesse de Lorraine, elle restait avant tout une femme, un être si fragile. Il se devait de la protéger. Leur mère avait l'air effondrée elle aussi, regardant l'homme d’Église avec un regard vide, emprunt de tristesse comme toutes les personnes présentes. Mais Flavien n'était pas le seul à être enterré ce jour, son père aussi. Quelle tristesse d'assister à une seule cérémonie pour ces deux personnes, leur nom et réputation avaient largement franchi les limites du Duché, Grégor avaient appris beaucoup de choses sur eux.

Il regarda sa soeur, qui s'effondrait un peu plus à chaque minute passée lors de la cérémonie. Il se risqua à poser sa main sur la sienne, il voulait lui montrer qu'il la soutenait. Maintenant elle ne serait plus jamais seul, il resterait le temps qu'il faudra pour l'aider à remonter la pente. Assurément, les protéger, se répéta-t-il intérieurement ! Grégor tenait maintenant fermement la main de sa soeur, sans lui faire mal naturellement. Avec son pouce, il lui caressait le haut de sa main, tentant de la réconforter, même s'il savait que rien ne pourrait lui faire oublier ces pertes familiales, mais il voulait lui montrer qu'il était bien là à ses côtés.

Il regarda l'homme d’Église et récita intérieurement le Crédo. Le visage livide, le regard vide et empli de tristesse, son seul soucis était la protection physique et morale de sa soeur et de son neveu, ainsi que du prochain événements à venir.

Yarwelh a écrit:
Quelques jours avaient passé depuis qu'elle étaient sortie de l'église d'Epinal, seulement quelques jours et maintenant, elle devait se rendre à la cathédrale pour la mesme chose. La mesme chose mais en double.
Le deuil ne la quittait plus. Thetis, Alhena puis Guise, Mun, Flavien et son Amour. Plus personne, plus aucun de ses amis premiers ou famille n'étaient de ce monde. Elle se sentait vieille, si vieille. Et pourtant, elle n'était pas si âgée que cela. Et cette lassitude qui ne la laschait plus. Et ce n'était pas son état qui la mettait ainsi, pas encore. La grossesse n'était pas si avancée que cela. Malgré tout, son visage était plus blanc que la craie, les traits tirés, les yeux cernés.
Son ventre avait commencé à prendre des formes, mais le reste de son corps avait maigri.
Ses gestes étaient plus lents qu'avant, faute de motivation, et voulant préserver au mieux l'enfant en son sein. Pas comme la dernière fois où elle avait cru perdre Enguerrand. C'est pourquoi elle arrivait en retard, malgré le respect qu'elle avait pour le père, son premier amour, son persécuteur, mais un homme de bien, qui était en grande partie responsable de ce qu'elle était devenue; et pour le fils, qui lui avait le plaisir de lui demander d'estre son témoin pour son mariage.

Elle passa les portes de la cathédrales seule, son fils restant avec la nourrice. Elle n'en pouvait plus elle mesme, mais elle se devait estre le soutien de Jade comme Jade l'avait été pour elle.
Mais a sa grande surprise, Jade était déjà bien entouré. Yarwelh eu un sourire, un sourire sans joie vu les circonstance. La jeune femme était épaulée, et cela rassuré Yarwelh qui culpabiliserait un poil, un très léger poil moins d'estre en retard.
Elle se signa et remonta la nef par une allée sur le costé pour ne point dérangé la cérémonie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Dim 30 Oct - 16:04

Constance_de_cleves a écrit:
Olivier, un ex Doyen de l'Université, venait d'être mis en terre depuis quelques jours après de longues périodes de retraite et déjà une nouvelle cérémonie d'enterrement avait lieu en Lorraine. Cette fois-ci il s'agissait d'une double cérémonie : père et fils s'étaient suivis. Pour l'occasion c'était la Cathédrale qui avait été choisie puisqu'il s'agissait du défunt mari de l'actuelle Duchesse et de son beau-père.

Constance avait décidé de venir à la cérémonie depuis bien longtemps, elle attendait simplement de savoir la date et le lieu. Malheureusement comme à sa nouvelle habitude elle avait mis trop de temps à se préparer et à venir. La cérémonie avait déjà commencée quand elle franchit enfin le pas de la Cathédrale.


Elle se signa avant de regarder les personnes présentes.
En premier elle vit la Duchesse accompagnée de son frère Gregor et d'une femme, probablement leur mère. Evidemment elle vit Uriel qui officiait une nouvelle fois, elle se dit que ça ne devait pas être facile d'enterrer autant de monde en si peu de temps, surtout dans les circonstances actuelles de sa vie à lui.
Marjolaine, Isis, Ellebasi, Lisandru étaient déjà là.
Elle arrêta son regard sur Yarwelh... Elle venait d'enterrer son amour, le père de son fils... Elle semblait encore plus maigre que la dernière fois qu'elle l'avait vue. Elle attarda encore plus ses yeux sur le ventre de la Spinalienne, il semblait légèrement arrondi... Ce n'était pas de l'embonpoint puisque le reste de son corps fondait. Constance se demanda si Yarwelh n'avait pas reçu une dernière visite et un dernier cadeau d'Olivier avant son grand départ.

La Vicomtesse s'installa tout en joignant sa voix à celles de ceux qui arrivaient encore à articuler pour le Credo.

Uriel a écrit:
Uriel regarda les différentes personnes présentes, certaines récitèrent le Credo.
Point trop affairé, il remarqua les arrivées de Yarwelh et de Constance : il les salua d'un léger signe de tête, à défaut de ne pouvoir faire de grands signes, car l'on était là dans une cérémonie solennelle.

Il tourna machinalement les pages du Livre des Vertus puis reprit :


Extrait du Livre des Vertus : Livre de la Création : Chapitre VIII - « La décision » a écrit:
7 Alors, Dieu créa deux astres au-dessus du monde. L’un, rayonnant de lumière, fut appelé "soleil". L’autre, luisant froidement, fut nommé "lune". Dieu expliqua à Oane: "Que votre fidélité soit celle des enfants envers leurs parents ou je serai aussi sévère que les parents envers leurs enfants. Car, lorsque chacun de vous mourra, Je le jugerai, en fonction de la vie qu’il a menée. Le soleil inondera chaque jour le monde de sa lumière, par preuve d’amour pour Ma création. Ceux, parmi les tiens, que j’y enverrai, vivrons une éternité de bonheur. Mais entre chaque jour, la lune prendra la relève. Et ceux qui, parmi les tiens, y seront jetés n’y connaitront plus que la tourmente."

Un simple passage, quelques phrases, mais qui à lui seul, nous explique ce que sera notre existence après
cette vie terrestre.

Oui il est facile de se dire "bah, on verra bien", mais une fois que l'on y est, il est bien trop tard pour revenir sur ses faits et regretter. Il n'y a qu'en menant une vie vertueuse que l'on pourra espérer être sauvé.
Mais nous sommes imparfaits et Dieu en a conscience. Il peut pardonner, jusqu'à une certaine limite, car si dans nos actes conscients et posés, nous faisons souffrir inutilement les autres, voilà bien de bien graves faits.

Il aurait pu discourir des heures sur le sujet mais d'une main, désigna le lutrin à l'assemblée.

Est maintenant venu le temps de parler de Mun et de Flavien, de leurs actes, de ce qu'ils ont accompli, afin qu'au fil des mois et des années, cela ne tombe pas dans l'oubli ...

Car oui, les actes et les faits étaient bien vite recouverts des brouillards de l'ignorance, qu'elle fut volontaire ou non, et cela contribuait à faire disparaître ce qui restait des souvenirs ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Mar 1 Nov - 20:52

Uriel a écrit:
Il avait attendu un moment ... personne ne se levait pour parler. Uriel n'était à vrai dire pas plus étonné que cela.
Tout se perdait, absolument tout.

Il décida donc de prendre lui-même la parole et d'honorer les défunts.

Et bien ... puisque le froid semble avoir engourdi les muscles, je vais donc parler pour ces hommes de mérite.

Deux hommes, deux aigles, deux "von Frayner". Voilà une famille qui a beaucoup oeuvré pour la Lorraine.

Maire d’Épinal, puis Cac, si je ne m'abuse, car je ne l'ai pas connu à cette époque, Mun a toujours œuvré pour le bien du Duché. Un homme loyal et droit, qui a dépensé sans compter. Ensuite il s'est engagé dans la Garde Épiscopale, mettant ses talents au service de l'Eglise ... Vidame de Trèves puis Vidame Vétéran ... participant à de nombreuses escortes, puis des croisades, mettant une fois encore son bien être personnel de côté, tout cela pour le service des autres.
Il était mon parrain aristotélicien, et c'est avec fierté et honneur que j'ai côtoyé cet homme. Il me manque beaucoup, ses conseils, sa sagesse.

De Flavien je parlerai moins, car je l'ai moins connu. Lui aussi un homme qui s'est investi et a travaillé pour le bien du Duché. Fier, comme son père, ils se ressemblaient beaucoup. Lui était mon filleul.


Il soupira.

Encore deux partis, deux devant une Cathédrale que j'estime bien vide pour ce qu'ils ont accompli.
Mais que voulez-vous, lorsque l'on a besoin on sait aller trouver les gens, mais lorsqu'il s'agit de leur rendre un hommage ... ils sont vite oubliés ... il semblerait que ce soit le lot de tous, vivants et morts.

A quoi bon les discours sur l'amitié, sur la vertu puisque le bien être personnel semble passer avant toute chose, désormais ?


C'est amer, une fois de plus qu'il termina son discours. Il attendrait quelques instants, puis demanderait la fermeture des cercueils.

Jade.de.sparte a écrit:
Jade était figée, immobile telle une statue de marbre dont elle en avait presque la couleur. Encadrée par sa mère et son frère, la jeune femme sentit une pression sur sa main, la ramenant à la dure réalité, son frère lui signifiait ainsi son soutien et elle lui en fut reconnaissante. Il comprenait la douleur de perdre quelqu'un, il avait perdu son père et Jade avait été à ses côtés à ce moment, tout comme il était près d'elle aujourd'hui. La solidarité entre le frère et la soeur continuerait à travers le temps, cela était une évidence.

Elle porta son attention sur Uriel, entendit des bruits de pas de nouveaux arrivants mais ne se retourna pas, si elle l'avait fait, elle aurait apperçu ses amies à qui elle aurait adressé un regard reconnaissant, mais la Sparte écoutait les paroles de l'Archidiacre qui lisait un passage du livre des Vertus. Le paradis solaire, l'enfer lunaire... Son tendre Flavien et son père ne pouvaient être que dans le premier... Il parla des regrets et avec soulagement la Duchesse se dit qu'elle avait vécu chaque jour de sa vie avec son bien-aimé avec amour que les très rares désaccords étaient toujours résolus rapidement car les époux étaient si amoureux qu'ils se pardonnaient facilement, elle n'avait aucun regret...

Uriel demanda à ce que les fidèles s'avancent pour leur rendre hommage et Jade demeura à sa place, elle serait celle qui allait clore et rendre le dernier. Elle attendit donc qu'une personne s'avance. Aucun son, ni bruit de pas résonna dans la Cathédrale. Elle se dit que c'était peut être la gêne de débuter, aussi la noble patienta alors que plus l'attente durait, plus son coeur se déchirait. Uriel prit alors la parole, disant froidement ce qu'il pensait du silence de l'assemblée avant de rendre hommage aux défunts. La rouquine écouta, pesait et assimilait les mots comme dans un brouillard... le passé... on parlait désormais d'eux au passé et sa gorge se noua.

Puis Uriel termina et la coupe déborda pour Jade, elle ne sut si c'était le silence des fidèles ou bien ses mots qui lui firent le plus mal mais elle peina à réprimer ses larmes. La Duchesse avait bien de la difficulté à contenir son chagrin, elle ne souhaitait pas qu'il faille en rajouter. Aussi tenta-t-elle de se lever pour se rendre au lutrin mais se fut au-dessus de ses forces, s'étant à peine soulevée du banc, une main sur son ventre rond. Laissant ainsi quelques minutes de répit à une intervention pendant qu'elle récupérait avant de tenter le second essai pour se lever.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Mer 2 Nov - 3:42

Lisandru_michiel a écrit:
Il restait là assis sur le banc, son cœur montant descendant comme s'il se trouvait sur un navire en plein tempête balloté par la houle. Malade, il était presque malade en lui même. Toutes ses entrailles se resserrait, son teint était blanc à faire peur. peur, c'était bien le mot, peur non pas de sa mort mais de celle des autres. tétanisé comme un enfant qui aurait vu ses premières gouttes de sang.
A côté de çà, son esprit malgré son mal être essayait tant bien que mal de se fixer un mur, d'être absent de tout ce qu'il y avait autour. Sa bouche psalmodiait d'une voie monotone


Seigneur, ne détourne pas Ton regard de nos amis.

Ses oreilles écoutaient les paroles d'Uriel, réconfortante et douce comme toujours puis vint le moment pour parler des défunts. Lui ne les avaient pas connus aucun des deux, il était là pour Jade. Mais une minute passa personne, il s’enfonça presque dans sa chaise
*Mais c'est pas possible...*
Non, non il allait pas se lever, çà ne se faisait pas, il était revenu en Lorraine après le décès des deux hommes voir dans les moments où çà c'est passer. Uriel vint à rompre le silence. Il l'écouta, tout en lui pensait qu'il avait raison , enfin pourquoi personne ne se levait bon sang, c'était pas à la duchesse de le faire.


Je..je vais prendre l'air

Malade, les enterrements le rendaient totalement malade. Sauf que ceux qu'on aimait ne partait jamais, enfin pas vraiment, il restait toujours là quelque part dans notre cœur. Toujours là à nous soutenir et c 'était notre mémoire qui faisait qu'ils étaient encore vivant. Glissant ces quelques mots à sa tante, alors qu'il se leva, mettant pieds dans l’allée centrale, son attention fut retenue par quelque chose un peu plus loin. A deux pas de là, la duchesse venait de tenter se se lever, c 'était perceptible, il y avait un silence total et personne ne bougeait sauf...lui. Il se retourna un moment, planté au milieu puis fit quelques pas pour aller vers elle.

*Au diable les convenances, c'est pas le moment*

S'abaissant, il prit les deux mains de la duchesse. puis glissa une main sur sa taille pour l'aider à se lever en douceur... Bien qu'il aie le même âge que Jade visiblement, voir un poil plus vieux d’une année ou deux, à son teint couleur linge de laverie de printemps, on aurait dit à ce jours un gamin, un gamine bien loin du jeune homme fort qu'il semblait être tout le temps. Il eu un regard à la fois perdu mais très tendre et respectueux vers la mère de Jade à côté puis son frère. Leur faisant comprendre qu'il s'occupait d'elle. Ce n'était pas non plus à eux en deuil aussi de le faire puis il y avait le petit bout. Il mordait sur sa chique c'était le cas de le dire


Ceux qu'on aime ne meurt jamais dans notre cœur.

Murmura t'il à la duchesse. Par pudeur, par distance, personne n'osait il venir parler ? Ou par peur de dire aurevoir. Certaines personnes n'y arrivaient jamais non plus et lui faisait partie malheureusement de ceux là. Doucement en soutenant Jade avec le moins de proximité qu'il était possible de faire, bien qu'il en avait bien du mal, il la conduit au lutrin puis se mit en retrait près d'un pilier, signe de tête à Uriel. En deux secondes, il pourrait lui prêter main forte même si dans se cas là, il était encore peu sûr de savoir si c 'était Jade qui allait défaillir de sa tristesse ou lui de la décharge d'adrénaline noire qui le gagnait.

Jade.de.sparte a écrit:
Elle devait le faire ! Malgré la douleur, malgré ce que cela lui coûterait, elle devait parler ! C'est alors qu'elle retrouvait le courage de tenter à nouveau qu'apparut Lisandru, qui en silence l'aida à se lever et l'accompagna jusqu'au lutrin, lui murmurant une parole de réconfort. Jade hocha la tête pour acquiescer, sa gorge encore nouée, mais ses yeux témoignèrent de sa reconnaissance pour son geste.

Ses mains se posèrent tout d'abord sur le lutrin, cherchant sous ses doigts un appui qui lui manquait mais sa volonté fut plus forte et les mots commencèrent à s'échapper de ses lèvres, lentement, faiblement...


J'ai rencontré mon beau-père, Mun... pause involontaire alors que la poitrine de la noble se soulevait rapidement mais qu'elle tentait de calmer la première fois lors du mariage de Uriel et de Sybille... encore une autre pause où cette fois le regard azur de la rousse se fit triste en levant les yeux vers le principal intéressé, sachant ce qu'il traversait. Et bien que nous n'ayons échangé que très peu de mots, je sentis bien quel charisme il dégageait. Il est de ses personnes qui se montre digne de confiance, sage, impliqué et déterminé. J'ai appris à connaître le respect qu'on lui témoigne partout sur son passage et il est sans contredit un des Grands de ce Duché. Je me souviens de la façon dont il avait pour habitude de qualifier ma venue en se référant à ma chevelure, disant que les Vikings débarquaient !

Pourquoi avait-elle parlé de cela ? Peut-être bien parce que les personnes à qui on rend hommage sont d'abord et avant tout des humains avec qui on échange, on tisse des liens et que, à la fin de la vie on se souvient de ces petites choses qui ont eu un sens... Il lui fallait parler de Flavien et elle passa devant le lutrin, une main sur son ventre

Flavien fut mon premier et unique amour, du moment de notre première rencontre en Franche-Comté jusqu'au jour de sa mort, mes pensées ne furent que pour lui et même aujourd'hui, alors qu'il est au Paradis Solaire, veillant ainsi sur moi et sa descendance, il demeure l'objet de mes pensées vers qui mon coeur est tourné. Il a su toucher mon âme, il fut mon refuge, mon univers, la source de joie qui illuminait mes jours et la tendresse qui enveloppait mes nuits. Il vivra éternellement dans mon coeur...

Sa gorge se noua, des larmes ruisselèrent sur ses joues sans qu'elle puisse les contrôler. Elle aurait voulu hurler sa détresse mais parvint à se contenir et poursuivit

J'aurais tellement de beaux moments à raconter, de nos ballades, de sa demande en mariage, de nos fiançailles, notre mariage, nos voyages, de la naissance de Maximilien où Flavien tellement fier, présenta notre fils naissant à tous les serviteurs... toute ma vie, j'ai pu compter sur Flavien, en aucun moment il n'a défailli, sa dévotion et son amour se démontraient par ses gestes à mon égard, par ses attentions ou même ses taquineries. Le Très-Haut l'a rappelé à Lui, mais je sais qu'il veille sur nous du Paradis Solaire, qu'il est présent d'une autre façon et que... bien que je ne parvienne pas encore à tout comprendre, car il me manque terriblement, que je le devrai à force de prières, d'accepter.

À cet homme que j'ai aimé et que j'aime encore, à qui j'ai donné un fils et qui m'a fait la joie de me faire un autre enfant, qu'il repose en paix...


Elle n'en pouvait plus, c'était trop, elle recula de quelques pas pour prendre le bras de Lisandru pour qu'il la ramène à son banc, ivre de tristesse et de douleur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Mer 2 Nov - 20:51

Uriel a écrit:
Après qu'il eut parlé, il remarqua Jade, désireuse de s'exprimer, mais celle-ci ne trouva pas la force. Sa position ne lui permettait pas d'aller la soutenir dans l'immédiat, mais Lisandru se chargea de le faire pour amener la Duchesse au Lutrin.

Lorsqu'elle évoqua le mariage, il serra les dents, tout cela lui rappelant de merveilleux souvenirs, il revit alors Sybille au jour de mariage, heureuse ... aujourd'hui, il ne restait plus qu'une femme qui regardait l'abîme, les yeux perdus dans le vide, à la recherche de l'étincelle, celle qui avait disparu, celle qui s'était éteinte, trop tôt ...
Une douleur vrilla son être et son âme, lui extirpant un soupir venu du plus profond de lui-même. Il déglutit, car quand bien même il était prêt à affronter l'épreuve, la blessure était là et resterait très longtemps.

Uriel attendit quelques instants lorsque Jade eut terminé, pour continuer. Il appela d'un geste les hommes commis à la tâche de fermer les cercueils, un moment affreux, car il signifiait bien ce que l'on voyait .... contempler une dernière fois les morts et les laisser enfin partir ...

Il prit trois objets qu'il avait préparé : un cierge et deux croix de bois. Il alluma le cierge grâce à la flamme une des bougies et dit alors :




L’Amitié est la lumière du monde, c’est la flamme qui réchauffe notre cœur.
Qu'elle éclaire maintenant la route de Mun et de Flavien, qu'elle les conduise maintenant au Royaume du Très-Haut.


Enfin, il prit deux croix aristotéliciennes, contourna l'autel et déposa alors ces croix sur le couvercle de chacun des cercueils tout en déclarant :



Mun, je dépose cette croix aristotélicienne sur ton cercueil.
Cette croix est le signe qui relie Aristote et Christos, qu'elle soit pour toi signe de salut et de vie éternelle.

Flavien, je dépose également cette croix aristotélicienne sur ton cercueil.
Cette croix est le signe qui relie Aristote et Christos, qu'elle soit pour toi signe de salut et de vie éternelle.


Il baissa la tête et récita une dernière prière.

La chandelle continuerait de brûler lorsque toutes les autres seraient éteintes ...

Jade.de.sparte a écrit:
Jade, péniblement de retour à son banc, regarda Uriel terminer le rituel... cierge et croix... alors qu'il déposait les croix sur leur cercueil... l'image faisait peine à voir pour la Sparte, elle devait dire adieu mais elle avait trop mal. Son fils la regardait étonné de voir sa mère pleurer et sans comprendre ce qui se passait chercha les bras de celle-ci, se collant contre elle. La jeune femme le serra très fort, enfouissant son visage contre sa petite tête blonde, lui donnant des baisers. Elle trouverait sa force en ses enfants désormais, elle n'avait pas le choix.

La belle rousse murmura à son fils "ton papa nous quitte pour toujours mais il sera là-haut avec les anges", la voix brisée, les larmes lui inondaient les joues, non elle ne faisait pas la fière, elle avait mal, elle souffrait, et la douleur lui avait arraché les derniers lambeaux de convenances.

Sous peu, ils entameraient une procession jusqu'à Vittel pour la mise en terre, l'épreuve se poursuivait. Son coeur se serra dans sa poitrine et la Sparte se réfugia dans les bras de son frère, sanglotant, tenant encore son fils contre elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Jeu 3 Nov - 3:36

Makcimus. a écrit:
Il était en retard.... Oh sur qu'il n'était pas attendu, mais il était tout de même très en retard et il le savait.

Le Chevalier de l'Église avait revêtu sa plus belle tunique. Il était tout de blanc vêtu, des bottes à la cape. La croix noire Teutonique frappée sur la chasuble, sur son coeur et sur sa cape montrait à qui voulait bien le remarquer son appartenance aux Sanctes Armées. Sous le bras senestre, un heaume à tête de molosse anglois d'où pendaient sept plumes de paon.


Il poussa la porte, une génuflexion, un signe de croix et il s'avança silencieusement en l'édifice. Il avait tenu à être présent pour deux raisons.
La première était que Monseigneur Mun von Frayner, Duc de Vittel et Seigneur de Montigny, était un Vice Dominus Veteranus. Voilà une vie entière donnée a Son service et nul doute que l'Hochmeister Teutonique y était sensible. Ils avaient combattu non loin l'un de l'autre et toujours pour Sa gloire.

La deuxième... C'était que la famille Von Frayner était doublement touché et il savait la Duchesse de Lorraine en peine. Aussi, puisque Lorrain il voulait être présent à ses cotés en ce moment difficile. Il ne la connaissait pas ou tres peu mais avait envie de la soutenir en cette dificile epreuve. Certainement ne pourrait-il pas faire grand-chose, mais si besoin il serait la.

Le plus discrètement possible il prit place sur un Prie-Dieu juste a temps pour entendre la Duchesse s'exprimer. Touché, le Milites joignit les mains et pria pour que le Tout Puissant accorde réconfort et paix. Uriel qu'il n'avait pu encore saluer continua à officier lorsque les cercueils furent fermés, le Teutonique marmonna entre ses dents, une supplique pour les deux défunts. Il ferma les yeux pensant de toute ses forces a l'ancien Vidame...
Rendons grâce au Très-Haut!

Nous sommes Tes humbles serviteurs spirituels.
Nous sommes Ton bras armé et intransigeant.
Ô Toi notre Juge et notre Créateur,
En Toi nous croyons et à Toi nous nous soumettons.

Nous nous en remettons à Ta sainte volonté,
Pour la Paix et la Justice, la Vérité et le Bien,
Pour la Foi et l'Espérance, la Vertu et la Tempérance,
Par le verbe ou par le fer, accorde-nous la victoire!

Déploie Ton bras divin au-dessus de nous,
Rends-nous forts et valeureux d'esprit et de corps,
Permets-nous d'éclairer les ténèbres du Sans-nom,
Sois le témoin de notre loyauté à Ton service!

Pour notre sacrifice accepte-nous en Ton sein,
Ne détournes pas le regard de nos âmes fidèles,
Et le jour venu délivre-nous de nos enveloppes sur Terre
Pour que de là-haut nous T'aidions dans Ta lourde tâche
Ainsi que nous le faisons de notre vivant!!!


Makcimus ouvrit les yeux ... Amen !!!

Constance_de_cleves a écrit:
Constance répondit avec discrétion au salut d'Uriel puis elle le regarda tourner les pages du Livre des Vertus dans le silence religieux de circonstance.
Après la lecture d'un extrait, il prit la parole. La Vicomtesse réfléchissait à ce qu'elle entendait, il fallait qu'elle plannifie un voyage. Elle avait des êtres imparfaits à rencontrer au plus vite. Elle devait donner son pardon de vive voix, les courriers ne suffisaient plus.

Elle regarda Gregor et sa mère : oui le voyage avait bien plus de poids que les écrits et il fallait arrêter de toujours remettre à plus tard car un jour c'est trop tard!

Elle était tellement dans ses pensées à imaginer Gregor aux côtés de Flavien qu'elle n'avait pas entendu la dernière phrase d'Uriel. Il demandait à ce que l'assemblée prenne la parole pour parler des deux Aigles qui avaient pris leurs envols.

Constance comprit ce qu'Uriel avait demandé quand il reprit la parole pour faire les éloges funèbres. Elle allait en apprendre un peu plus sur le père de son ami Flavien. Elle trouva la fin un peu amère mais dû s'avouer à elle-même qu'il n'avait pas totalement tort même si elle s'en voulait de ne pas avoir entendu son appel à la parole. Elle ne savait pas si elle aurait osé s'avancer pour parler de Flavien, derrière sa carrapace Constance était une femme timide ayant peur de l'échec. En l'occurence ici l'échec de ne pas être à la hauteur pour parler de Flavien.

La Vicomtesse n'avait rien remarqué des essais pour se lever de la Duchesse. Elle ne releva la tête qu'en l'entendant parler. Elle aussi se mit à regarder Uriel tout en pensant à Sybille. Elle sourit à l'allusion des Vikings qu'elle n'avait jamais entendue. Ensuite vient l'éloge de Flavien et là c'est Maximilien qu'elle regarda : il serait le prochain refuge de sa mère avec son frère ou sa soeur. Une fois les mots "qu'il repose en paix" elle regarda Jade, elle l'admirait. Comment avait-elle réussit à parler aussi longtemps? Comment avait-elle fait pour ne pas éclater en sanglots devant tout le monde en parler de son amour? Comment faisait-elle?

Elle ne pouvait pas parler après la jeune veuve cela ne se faisait pas et il était impossible de mieux parler qu'elle de Flavien.


[hrp]Attention c'est un long week-end... tout le monde n'a pas le temps d'écrire. En plus se plonger dans un enterrement rp tout en faisant le tour des cimetières hrp...
Laissez un peu le temps de réagir.
[/hrp]

Bambou57 a écrit:
Bambou arriva légèrement en retard à l'enterrement de Mun et de son fils Flavien, C’est le cœur gros qu’elle alla s’asseoir un peu en retrait, elle se souvenait de bons souvenirs avec son oncle, des danses épiques, des fous rires magistraux, tout en lui était gaité et chaleur.

C’est depuis leur mariage et leurs obligations que leur relation s’était un peu espacée mais l’amitié était là et les courriers toujours présents.

Et assister à la cérémonie du père et du fils était encore plus insoutenable. Y avait-il une malédiction sur les Von Frayner en ce moment, les deux frères, le fils en très peu de temps c’était étonnant.

Elle essuya ses larmes et récita le crédo comme le demander Uriel


Je crois en Dieu, le Très-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
Le fils de Nicomaque et de Phaetis,
Envoyé pour enseigner la sagesse
Et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyr pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Très-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotélicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés;
En la Vie Eternelle
Amen

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Jeu 3 Nov - 13:38

Ellebasi40 a écrit:
Ella étant en retrait vit arrivé d'autre personne en repensant à tout les moment ou j'étais à Vitel ..

Préférant attendre la fin de la cérémonie pour aller voir Jade et lui apporter tout mon soutient.
Prions pour leur âmes que le tres haut les prennent sous son aile en récitant le credo ..

Poursuivant la fin de la cérémonie en écoutant Uriel ,ça dois etre dur pour lui de faire ces funérailles .
Sentant la gorge me nouer en réalisant que je verrais plus Mun et Flavien sentant les larmes coulées le long de ma joue..
Baisant la tête et prit un mouchoir dans la poche et le glisse à mes yeux que j'essuyai ..

Uriel a écrit:
Un bruit attira son attention, presque comme un apparition, un géant ouvrit la porte de la Cathédrale ; même en contre-jour, il aurait reconnu cette silhouette entre mille, c'était le Hochmeister Teutonique, le nancéen Makcimus. Ce dernier avait bien mérité de se reposer après la croisade de Genève, et Uriel était satisfait de le savoir pour l'heure quelque temps à Nancy.
Ses yeux tombèrent alors sur Jade, dont la tristesse était sans nom, cette tristesse qui vrillait l'être entier, celle qui ne faisait espérer aucun lendemain, celle dont on se demandait si un jour on allait se relever ...
Constance, quant à elle, semblait en proie aux interrogations, et il n'était pas sans ignorer lesquelles, il faudrait d'ailleurs qu'il la voit à ce sujet, avant de partir.
Sa charmante et préférée nièce Bambou, qu'il devrait aussi aller rencontrer à l'université pour remettre ses clés ...

Enfin, Ella ... il fut satisfait de la voir. D'ailleurs ... la regardant, il lui fit un signe de tête comme pour lui dire : c'est maintenant.

A situation exceptionnelle ... criconstances exceptionnelles. Je gage que ce qui va suivre aurait plu à Mun : j'appelle Ellebasi d'Acoma à venir face à moi à l'autel.

Le silence tomba sur la foule ... pourquoi l'avait-il appelé, surtout maintenant ... ?

Gregor. a écrit:
Il avait vu le sieur, inconnu de Grégor, venir aider sa soeur. Ce dernier les avait tous les quatre, mère, Maximilien, Jade et lui, regardés un à un, montrant un certain soutien, très agréable en cette période.

Puis Jade était partie faire son discours au lutrin, aidé de cet homme. Il faudrait que Grégor aille le remercier par la suite, c'était fort aimable de sa part. Le jeune Sparte l'aurait bien fait, mais il gardait le jeune Maximilien, il l'avait promis à sa soeur.

Jade parlait avec son coeur, toute ce qu'elle disait était vrai, poignant, coupant comme les lames d'un rasoir. Personne ne pouvait rester insensible à de telles paroles, c'était impossible. Elle mêlait les larmes aux paroles, il allait devoir l'aider à surmonter cette dure épreuve, mais il ne savais s'il aurait les épaules assez solide. Il le faudrait bien après tout. Elle l'avait bien aidé lors des funérailles de son père, au début de l'année.

Jade revint adressa quelques mots à son fils, mots que Grégor ne comprit pas, puis alors qu'il allait de nouveau lui montrer sa compassion, elle se blottit dans ses bras, fondant en larmes. Grégor fut pris au dépourvu mais il était content qu'elle acceptât ses bras, il était là pour cela. De temps en temps une larme s'échappait de ses yeux, il ne pouvait les retenir, voir sa soeur dans cet état le rendait très triste. Il lui passa ses bras derrière elle, caressant son dos de haut en bas, puis le chuchota :


- Laisse-toi aller Jade. Vas-y je suis là maintenant, tu ne seras plus seule.

Alors qu'il posa sa tête sur l'épaule de Jade, il aperçu, au fond de la Cathédrale, Constance. Elle était habillée pour l'occasion, mais avait quelque chose de particulier, une prestance à toute épreuve. Elle avait l'air gênée, sans doute l'occasion, pensa Grégor. Il ne pouvait plus détacher son regard d'elle, seules les larmes de sa soeur le ramena à la dure réalité des funérailles. Il se souvenait encore de celles de son père, elles le hantaient bien des nuits durant.

Ellebasi40 a écrit:
Ella capta le regard d'Uriel comme s'il me disait que c'était maintenant mais à quoi le coeur en tumulte ..

Ella écouta Uriel son professeur son guide lui demandait de s'approcher .
S'avançant machinalement et vint se placer en face d'Uriel.

Levant son visage timidement vers Uriel et attendit en silence
Pourquoi ma il appelait? ...
J'avais vraiment pas à l'aise d'être la au centre en rougissant,sans osée regardé sentant le regard sur moi ...toi qui voulait paraitre invisible c'est raté...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Sam 5 Nov - 1:27

Uriel a écrit:
Dans le calme le plus complet, l'ex-verdunnoise, aujourd'hui nancéenne, s'avança.
Uriel la regarda avec compassion, car il connaissait sa valeur.


Ellebasi, il y a peu, tu m'as fait part de ta volonté de rejoindre ceux qui dispensent la Parole du Très-Haut.

La vie d'une femme ou d'un homme d’Église n'est pas une sinécure, c'est une vie de sacrifices, où l'on passe bien davantage de temps pour les autres que pour soi. C'est une vie où l'on te demande d'être exemplaire et irréprochable. Enfin, c'est une vie où l'on te demande beaucoup et où tu recevras peu en retour.

Tu recevras peut-être des insultes gratuites, à celles-là tu devras rester impassible.
Tu verras des personnes dans le désarroi et tu devras les réconforter, même si tu n'en a pas envie.
Tu devras écouter beaucoup de choses et savoir trier le bon grain de l'ivraie.
Enfin, tu devras donner beaucoup d'Amour, de ce Don que Dieu nous a fait grâce, à nous les humains, un amour pur et sincère, sans arrière pensée et sans espérance d'obtenir quoi que soit.

Avec cela vient de grandes responsabilités, car tu auras des dizaines de personnes à conduire sur le Chemin de la Lumière. Et plus encore que les autres tu ne devras t'écarter de cette voie.


Voilà donc bien des choses, bien des sacrifices qu'il lui "imposait", si telle était sa volonté.

Ella, tu fus baptisée à mes côtés par Mgr Mayella, voici trois longues années.
Aujourd'hui, et à la connaissance de ce que je viens de mentionner, souhaites-tu toujours devenir diaconesse de Nancy ?


Une petite charge, mais tant de choses à faire. Il plongea les yeux dans ceux de la médecin-major, sachant déjà quelle serait sa réponse ...

Ellebasi40 a écrit:
Qu'elle silence tendu et anxieuse elle écouta le discours d'Uriel .
Sachant parfaitement le chemin que j'avais choisi en tout connaissance de cause ..
Donner sans rien attendre en retour quel plus belle récompense que celle ci d'aimé ses freres et soeurs et etre la pour les soutenir leur ouvrir les bras pour les réconfortaient
Des choix s'offre à tous mes certain choisisse la facilité mais moi je choisie la voie de dieu aimé son prochain comme soit meme ..Sens rien attendre en retours


Citation :
Ella, tu fus baptisée à mes côtés par Mgr Mayella, voici trois longues années.
Aujourd'hui, et à la connaissance de ce que je viens de mentionner, souhaites-tu toujours devenir diaconesse de Nancy ?

Emue sentant la gorge noué et heureuse d'être diaconesse de Nancy ..
Ella plongeant mon regard dans se d'Uriel et ajoute .

Je le souhaite de tout mon coeur rejoindre et dispensé la Parole du Très-Haut.
Cette charge je l'accepte de tout mon coeur ,je ne m'écarterais pas de cette voie..
Que penserait Mun de cela en ayant une pensé pour lui il dois etre surpris

Uriel a écrit:
Il hocha la tête, car la réponse, il la connaissait, il savait l'engagement d'Ellebasi et surtout son grand coeur, il savait qu'elle ne faillirait pas.
Avant de partir, il lui avait promis de la nommer afin de ne pas laisser Nancy sans guide.


Selon les dispositions prises par l'autorité qualifiée, il appartient aux diacres d'administrer solennellement le baptême, d'assister, au nom de l'Église, au mariage et de le bénir, de porter le viatique aux mourants, de donner lecture aux fidèles du Saint Livre, d'instruire et exhorter le peuple, de présider au culte et à la prière des fidèles, d'être ministres des sacramentaux, de présider aux rites funèbres et à la sépulture. Consacrés aux offices de charité et d'administration, les diacres ont à se souvenir de ceci: « Être miséricordieux, zélés, marcher selon la vérité du Seigneur qui s'est fait le Serviteur de tous ».

Et bien soit, Ellebasi d'Acoma, je te nomme aujourd'hui Diaconesse de la ville de Nancy.
Prend et conserve cette charge avec humilité et tout se passera bien et n'oublies pas ... pour t'aider, je serai toujours là.


Tandis qu'il prononçait ces paroles, il s'approcha d'elle et vers sur ses cheveux la coupe qui contenait l'eau bénite comme pour un baptême.
Il la serra dans ses bras et déposa sur son front un baiser tout aristotélicien.


Sois maintenant appelée "Soeur Ellebasi".

Maintenant, nous avons des funérailles à terminer ...


Il était désolé de devoir lui imposer cela comme première cérémonie, mais l'on ne choisissait hélas pas ...

Ellebasi40 a écrit:
Ella écouta les paroles et les conseils que je devrais transmettre et faire
Ces sage conseils me servirons pour administrer les messes et officiers..

Le voyant s'approcher avec la coupe d''eau bénite se rependre sur mes cheveux émue elle le serre contre moi en sentant la douceur d'un baiser sur son front fraternel..

Merci pour ta patience et tes conseils qui m'aiderons pour mes débuts
Oui continuons
en revenant au moment présent..

Reprenant ma place et laissa la cérémonie se poursuivre en priant pour leur âmes

Domi2309 a écrit:
Tenu par ses fonctions à la citadelle, c'est avec un peu de retard que Domi arriva en la cathédrale afin de saluer un ami......son ami.
l'aspirant vidâme Domi avaitété longtemps au côté de feu Monseigneur Mun.
Que de missions, ils avaient fait côte à côte!
C'est donc en signe de grand respect que la Garde Episcopale se devait d'être présent pour ce dernier "au revoir".

il se casa et pût écouter la prêche de l'archi-diacre.
C'est d'un hochement de tête qu'il saluât son ami Uriel.
Il se félicita de voir une nouvelle diaconesse, qui n'était autre que Dame Ellebasi.

Zeiss a écrit:
Enfin,il s'était décidé.Il en avait mit du temps.Déjà à la base,les cérémonie étaient loin d'être quelque chose d'apprécié de Zeiss.Alors des funérailles...Mais il se devait d'être présent.Il le devait car Mun était une personnalité que le duché ne devait pas oublier,parce que Flavien étaient en voie de le devenir,arraché à la vie beaucoup trop tôt.Parce que Jade était une amie,et que même si elle ne le dirait pas,elle avait besoin du soutient de ses amis.

Mun et Flavien...Il n'avait pas vraiment cotoyé Mun,Flavien non plus mais un peu plus tout de même.Celui-ci avait été rappelé par le Très-Haut beaucoup trop tôt.Comment cela pouvait-être?Un homme si jeune.Zeiss se souvenait encore du temps où il échappait à la surveillance de sa nounou pour rejoindre les adultes en taverne,avec le fameux verre de lait de Stho.
En fait,il l'avait tout de même cotoyé un moment.

Enfin,le temps était venu de leur rendre un dernier hommage.

Le jeune homme se tenait devant les portes de la cathédrale,conscient qu'il devait être bien en retard.Pas qu'il avait été retenu,mais il avait mit du temps à se décidé de venir.
Il poussa les portes et les refermit derrière lui avant de s'installer discrètement sur un banc en retrait.

Jade.de.sparte a écrit:
Réfugiée dans les bras protecteurs de son frère, Jade écouta distraitement Uriel nommer Ellebasi diaconesse. Non pas que cela ne lui faisait pas plaisir, elle s'était réjouie quand Ellebasi lui en avait parlée, mais la Sparte était trop empreinte de sa propre tristesse pour en émerger, plus tard elle la féliciterait, elle n'en avait pas le coeur au moment présent. Elle savait ce qui venait, elle le craignait plus que tout, ce serait le dernier aurevoir... Maximilien, ne voulait plus être aussi blotti contre sa mère et s'intéressa plutôt aux bijoux de sa grand mère, Jade le lui confia, entendant d'autres pas, d'autres personnes se joignant à eux.

La noble leva ses yeux rougis vers l'Archidiacre, elle serra les mâchoires pour se maîtriser et ne pas repartir encore en sanglots. Ses yeux devaient sûrement indiquer ses craintes et son trouble, celui de l'enterrement qui aurait lieu à Vittel...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   Sam 5 Nov - 15:52

Uriel a écrit:
La cérémonie touchait à sa fin. Uriel invita Ellebasi à venir à ses côtés, tandis qu'ils se rendraient à Vittel pour procéder à la mise en terre des corps.
Le voyage serait long et silencieux.

Passant près de la porte, il salua son ami, le Vidame de Trèves, puis Zeiss.

Dure était la vie, dans les Royaumes, car la mort frappait à l'aveuglette, pour quelque raison que ce fût.
Lui-même serait bientôt soumis à ces turpitudes ....

Niconoss a écrit:
Son arrivé était tellement discrète que personne ne l'avais remarqué et c'était tant mieux, dans le fond assis pour une fois pour se recueillir, il pensait aux deux grands hommes qui s'en était allé. Tant d'investissement, de courage et d'idée pour la Lorraine. Et qui plus est deux amis. Mun était l'un des tout premiers Spinalien qui comme lui avait envahi la ville quelques années auparavant, c'était devenu un des ses premiers amis, tant par sa présence en taverne pour s'amuser que par son dévouement politique. Un modèle si l'on peut dire mais il faisait tout bien. Et où qu'il était il représentait aux mieux les couleurs Lorraines.
Et Flavien qui finalement il ne connaissait pas tant que cela, mais avec qui il avait pu échanger sur plusieurs domaines et avec grand intérêt parfois, il était réfléchi. Il avait apprécié travailler avec lui ou partager une mirabelle.

Souvenirs, souvenirs pour rendre hommage à deux grandes personnes. La tristesse était présente mais comme bien souvent rien ne se lisait sur son visage. Il en oublia presque Ella qui était en train de devenir Diaconesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner   

Revenir en haut Aller en bas
 
Funérailles de Mun et Flavien Von Frayner
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Funérailles de Freyelda et Carnil
» Registre des funérailles à Poitiers
» Des funérailles de Juliette d'Harles
» Registre des Funérailles
» Petit guide du catéchumène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château de Vittel :: Domaine du Duché de Vittel :: Château de Vittel :: Extérieur du Château :: Dépendances :: En souvenir de nos bien-aimés disparus-
Sauter vers: