Château de Vittel

Domaines des Von Frayner de Sparte
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville

Aller en bas 
AuteurMessage
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 26
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville   Mar 28 Juin - 18:35

Nous allons nous intéresser cette semaine au travail du maire qui consiste à équilibrer son marché, à fournir à ses habitants les denrées nécessaires, à créer les conditions de la prospérité de sa ville. Pour cela, je soulève les points suivants :
- la richesse d'une ville est chez les habitants, pas sur le marché ni dans les caisses de la mairie, bien qu'il faut un minimum pour faire rouler la ville
- les marchandises qui trainent sur un marché sont considérés comme des invendus, à quelques exceptions (les marchandises peuvent avoir été mises en vente pile au moment où vous passez sur le marché). Donc le prix que vous observez sur un marché correspondent à ce qui ne se vend pas, ou plus lentement.
- dans beaucoup de villages, on observe une surproduction. En d'autres termes, la production du village dépasse la consommation de ses habitants (ce n'est pas le cas d'une capitale, nous y reviendrons). Ce qui est rare, ce sont les écus, pas les marchandises, et à mon sens, le travail du maire consiste surtout à augmenter les écus dans les poches de ses administrés. Nous verrons par quels moyens il peut y arriver

Reprenons pour le marché:
Le stock qui demeure invendu au marché peut être dû à plusieurs facteurs. Cela est souvent du à des personnes qui ne regardent pas vraiment l'état du marché avant de mettre leur production en vente ou encore une mise en vente suivie d'une retraite, dès lors les prix ne sont pas ajustés pendant la période d'inactivité.
De plus, des denrées peuvent traîner à un bas prix et ne pas se vendre en raison d'une surproduction ou encore par manque de charisme si un ancien a inondé le marché de ses produits à bas prix. Ainsi donc, les marchandises faute d'acheteurs, stagneront sur le marché.

Pour ce faire, soit la mairie achète à perte ce que je n'encourage pas à moins d'un problème grave, soit elle encourage les producteurs à baisser leurs prix. Si le problème est généralisé, le Comté peut intervenir en vue d'utiliser ces marchandises pour les fêtes, et pour les frais de bouches mais j'y reviendrai.

Le rôle du maire est donc très important, il se doit d'harmoniser les filières de sa ville. Prenons l'exemple de la filière pain. Le maire doit orienter le nombre de meuniers en fonction du nombre de bléiculteurs qu'il a dans sa ville et ainsi s'assurer que les meuniers auront du travail tout en considérant les quotas de fourrage à fournir au Comté/Duché. Ensuite il faut aussi voir le nombre des boulangers pour que ceux ci soient en nombre suffisant pour absorber la production des meuniers. Le maire peut également encourager, par la communication avec son tribun, le choix du champ pour équilibrer les filières. Il est donc essentiel pour le maire de s'entourer de chefs de filière dynagiques, qui auront pour tâche de répertorier les membres, surveiller le marché, d'aviser les producteurs de pénurie ou surproduction, de les mettre en contact et dynamiser son secteur.

C'est aussi le rôle du maire de soutenir son marché et faire en sorte qu'il ne s'écroule pas. Il achète à bas prix et remet sur le marché à prix souhaité, remontant ainsi peu à peu le cours des marchandises et se faisant au passage un léger bénéfice. En mettant en vente sur son propre marché légèrement au dessus du prix souhaité, le mairie "impose" sa politique de prix et je vous assure que cela fonctionne très bien. Par contre pour çà il faut un maire présent et actif.

Des questions avant que je poursuive sur les villes ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 26
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville   Mar 28 Juin - 18:36

Parfait, continuons ! Les villes ont toutes une spécialité, bois, fruits ou poissons. Il s'agit d'une marchandise que chaque maire a intérêt à acheter, puis à échanger, si possible dans son duché/comté, contre les marchandises qui lui font défaut. Là est la base du commerce, cela se passe souvent par des contrats d'échange, bois contre poissons, bois contre fruits, fruits contre poissons. Les MA sont rémunérés ou pas, selon les situations.

Il est important de savoir que ces spécialités font que la gestion d'une mairie sera très différente, la ville forestière étant la plus difficile à gérer pour un maire. Contrairement à un lac où plusieurs personnes peuvent pêcher au même endroit ou d'un verger où le nombre d'arbres fruitiers est très importants. Le nombre d'arbres dans une forêt est limité, du moins ceux ayant un rendement intéressant. Ce qui est essentiel c'est la gestion des haches, celle-ci peut, en cas d'attention suffisante, causer de lourdes pertes à une ville. Il est primordial de vérifier le plus tôt possible, le nombre de haches brisées ou émoussées afin de les remplacer. La constance est primordiale ! Le nombre de hache doit demeurer le plus stable possible afin de diminuer l'effet aléatoire de cassure et d'émoussage. Un très bon ami à moi, avait pour règle d'avoir un total de haches de 2.5 fois le nombre prêté, celà permettait une rotation lorsque des haches émoussées étaient remises à un forgeron pour en faire l'aiguisage. La méthode qui fonctionn bien est de donner des mandats aux forgerons, souvent à coup de 3 haches à aiguiser.
De même, si une en venait à se casser, il y aurait un stock suffisant pour ne pas affecter le nombre de haches prêtées.

Il est évident que le prix de rachat des stères doit être plus bas que le prix de vente au Comté ou à l'extérieur afin de couvrir les coûts d'entretien. J'ai vu des analyses diverses qui tiennent compte des facteurs aléatoires de bris. C'est pour cela que la constance est recommandée. Nous avons eu en FC, un maire qui s'est beaucoup impliqué à faire ce genre de calculs et sa méthode s'est montrée adéquate dans plusieurs cas. Je vous montre donc le document qu'avait fait Ezekiel_35 alos qu'il était maire de Saint Claude à titre informatif, c'est plus un relevé de fréquence qu'un véritable projet


Spoiler:
 

Avant de parler du calcul des levées d'impôt, j'aimerais savoir s'il y a des questions ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 26
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville   Mar 28 Juin - 18:37

Ce qui est important de se rappeller c'est qu'il faut se laisser une marge de manoeuvre entre le montant acheté et vendu, non seulement pour le profit mais également pour couvrir les coûts d'usure et de bris de hache. À titre purement informatif, je vous montre des rapports réels, vous verrez combien la rentabilité peut être aléatoire

Spoiler:
 

Autres questions ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 26
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville   Mar 28 Juin - 18:38

Passons aux impôts... le sujet délicat ! Les Comtés et Duchés imposent des sommes aux mairies se basant sur diverses formes de calcul que nous verrons lorsque nous aborderons la gestion économique de ceux-ci. Toutefois, une mairie ne peut percevoir les impôts que sous une seule forme, imposer champ et échoppe. Malheureusement, certains se départissent de ceux-ci pour éviter le paiement. Il est vrai que, pour quelqu'un fréquemment en déplacement, cela nécessite une bonne dose de planification que d'embaucher pour son champ et payer ses impôts alors que le fruit du travail ne pourra être transformé en écus qu'au retour. Mais je m'égare légèrement.

Quel est le montant juste pouvant être demandé aux paysans ? Certaines mairies imposent moins que le montant demandé par le Comté/Duché en espérant générer suffisamment sur la spéculation autorisée et le commerce, d'autres imposent le montant identiques et certains plus soit pour se dégager une marge de manoeuvre soit pour compenser les retraites. Personnellement, sauf cas de forces majeures, par exemple un pillage, je ne recommande pas la dernière option, cela risque d'étouffer totalement les producteurs de biens. Idéalement, on s'entend tous pour dire que la première option serait la meilleure, c'est vrai, à condition que la mairie en est les moyens. Inutile de vider ses caisses pour se priver de toute marge de manoeuvre. Il faut trouver un juste équilibre.

Puisque j'aime beaucoup appliquer la réalité plutôt que seulement la théorie, je vous demanderais à chacun de me dire pour votre ville combien vous payez d'impôt pour votre champ et/ou votre échoppe. Ceux qui connaissent les sommes demandées par le Comté/Duché peuvent le mentionner. Je me servirai des chiffres que vous apportez pour poursuivre le cours. À défaut d'en avoir, je me servirai de ceux de ma ville.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 26
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville   Mar 28 Juin - 18:39

Je suis heureuse que vous abordiez des situations différentes, cela prouve justement les divers formes de fonctionnement. Nous avons donc

Tarbes : actuellement 5 écus par champs et 7 écus pour les échoppes mais il y a 15 jours c'était 7 écus par champs et 10 pour l'échoppe. À verser au Béarn, 729 écus.
Artois : tous les premiers du mois 10 écus par champ et 20 écus par échoppe.
Armagnac : 8 écus / champ
Saumur : 5 écus par champ et de 8 par échoppe, une fois par mois. Actuellement ne prélève plus d'impôt et verse au Duché l'équivalent de ce qui aurait été collecté sur la base de ces 5 écus (ça doit faire dans les 1200 écus par quinzaine).

Si on prend Tarbes, il y a 149 champs et 55 échoppes, au valeur donnée par Messire Luck, cela représente 1 130 écus de levée et une dépense de 729 écus. La ville génère donc 401 écus. J'exclus la note pour les frais de milice. Nous avons donc une situation où la ville profite de son pouvoir fiscal pour générer de l'argent dans ses coffres alors que nous avons totalement l'inverse à Saumur ! Pour ce faire, ill faut donc s'assurer qu'on a les fonds nécessaires. J'ai vu des villes se saigner ainsi au point de n'avoir que 100 écus en banque et donc plus de marge de manoeuvre pour acheter.

Toutefois cela ne comprend pas les retraites, il y a différentes théories pour celles-ci. Certains proposent justement de ne point les réclamer lors de longues retraites mais leurs adversaires allègueront s'il est normal que ceux qui sont actifs paient pour ceux qui sont au monastère ? Donc, à certains endroits, le remboursement des pénalités pour les longues retraites est remboursées mais non le principal.

Il existe aussi des lois sur la libération de l'impôt pour les services rendus à la collectivité, par exemple en Franche-Comté, un soldat en mission à l'extérieur se verra rembourser ceux-ci.

Il y a également un levier important sur le contrôle de la pénurie par la différenciation des champs et échoppes. Pourriez-vous me donner des exemples de l'impact que cela pourrait avoir sur les marchés ?

Si vous avez des questions aussi concernant les impôts, ne vous gênez pas, je vous en prie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 26
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville   Mar 28 Juin - 18:40

La jeune femme sourit

Oui, vous avez capté l'essence de la question. Ainsi donc, si j'ai un verger, je peux vouloir encourager cette ressource première en surtaxant les potagers ou encore si j'ai une pénurie de blé, je peux vouloir diminuer les impôts aux bléiculteurs. Ainsi, le maire peut, avec cet effet fiscal important influer sur le marché de sa ville.

Puis regardant les autres élèves

Avez-vous d'autres questions sur la gestion économique d'une ville ? Sinon, je vais aborder les divers postes du trio économique.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cours de Jade du 2ème niveau à l'université de Belrupt - Gestion d'une ville
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maitre-picoleur, pandawa au marteau [niveau 199]
» Yeh, projet de pandawa feu terre CC au niveau 90
» Demande d'autorisation de suivre les cours
» Panda Terre niveau 100-101
» Kuma, pandawa feu niveau 113 (poing enflammé, rhon, rhumes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château de Vittel :: Domaine du Duché de Vittel :: Château de Vittel :: Le Château - quartiers communs :: Économie-
Sauter vers: