Château de Vittel

Domaines des Von Frayner de Sparte
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Lun 6 Déc - 23:08

C'en était trop ! Encore un autre matin pénible ! La rouquine avait connu des situations tendues, voir dangereuses au cours de sa trop courte existence, elle avait vécu les moments qui nouent la gorge et les entrailles, les instants où l'adrénaline envahit les veines pour mieux surmonter ses peurs, oui elle connaissait ! Mais les nausées dues à la nervosité, ah ça non ! C'était une première !Flavien, se faisant rassurant, lui disait que cela lui passerait dès la fin des élections mais force était de constater que, celles-ci persistaient et augmentaient en puissance au fil des jours.

La jeune femme n'avait jamais eu besoin de consulter de médicastre, sa santé avait toujours été parfaite, peut-être qu'enfant mais Jade n'en n'avait aucun souvenir. À part des somnolences occasionnelles pendant le jour et ces nausées qui l'embêtaient, elle se sentait parfaitement bien, certes un peu plus sensible et prompte qu'à l'habitude mais cela était tout de même bien normal considérant la tension des derniers jours et puis... Flavien s'était montré compréhensif, si attentionné en fait qu'il lui proposait toujours une sieste pour qu'elle se repose mais qu'il s'empressait de partager !

Toutefois, il faut bien l'avouer, les symptômes avaient commencé à l'inquiéter. Craignant une quelque conque maladie de l'estomac, la nouvelle Dame de Lignéville hésitait à consulter un médicastre ou à parler de ses inquiétudes à son époux, tentant de se convaincre qu'il ne s'agissait que de son imagination. Doutant d'elle-même, Jade ne savait que faire et où s'informer, à qui poser ses questions mais lentement, les souvenirs revinrent en mémoire et elle se souvint que ses cousines Gallena et Pegasine répondaient toujours à ses interrogations. Cette dernière avait d'ailleurs réussi son cours de médecine de première année à l'Université de Belrupt, elle pourrait certainement la renseigner. La lumière était, l'hésitation n'était plus de mise ! Plume, encrier et parchemin en main, la maîtresse du Domaine s'installa à un petit secrétaire pour écrire d'un jet à parente.


Citation :
Ma très chère cousine Pegasine,

J'espère que votre personne de même que vos enfants se portent bien malgré le deuil qui vous afflige. Je vous ai déjà offert mes condoléances et mon soutien, je maintiens d'ailleurs cette offre si je puis vous être de quelque utilité. Toutefois, en ce jour, me voici à solliciter votre aide plutôt que l'inverse, me rendant certes un peu mal à l'aise.

Je ne suis pas sans ignorer, vous vous en doutez sûrement, que vous avez réussi votre première année de médecine à Belrupt et bien que vous ne soyez pas médicastre, je souhaiterais vous entretenir d'un sujet qui me trouble actuellement.

Voilà plus d'une semaine que j'éprouve des nausées qui heureusement se dissipe pendant le jour. Ceci est fort préoccupant car mise à part une légère propension à la somnolence et quelques sautes d'humeur, je suis tout à fait bien portante et en tout point la même que toujours ! Je ne me suis pas inquiétée du tout au début, mettant le tout sur la nervosité des élections mais cela aurait dû se calmer depuis, à moins qu'un souci plus grave ne m'affecte. Je serai franche avec vous chère cousine, je crains une forme de maladie de l'estomac qui serait peut-être à un stade peu avancé. Comprenez mon inquiétude ! Je ne désire aucunement troubler mon tendre époux avec un ennui de santé qui est peut-être purement imaginaire de ma part ! Ne sachant que faire, je me tourne vers vous pour vos précieux conseils ! Croyez-vous être à même de pouvoir faire quelque chose pour votre cousine ?

J'écouterai votre avis, vos suggestions, commentaires, si vous me dites de consulter un médicastre, je le ferai, si vous croyez que je m'inquiète trop facilement et que je ne doive prendre que quelques repos, j'obéirai... bien que cela me coûte ! Je vous en prie, répondez-moi vite ! Que j'apaise mes craintes !

Affectueusement

Votre petite cousine
Jade

La noble reposa la plume et relut la lettre pendant que l'encre séchait, inspirant profondément, elle plia sa missive et y mit son sceau puis sonna le valet.

Veuillez envoyer le pigeon le plus robuste de notre volerie, celui-ci doit se rendre jusqu'en Alençon à ma grande cousine Pauline de Sparte, Dame de Dampierre et de Nommay.

D'un léger hochement de tête, elle signifia qu'il devait disposer et s'exécuter, elle n'avait pas envie de dire davantage et l'homme savait ce qu'il devait faire. Une fois celui-ci sorti, Jade ferma les yeux et posa ses mains contre son visage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pegasine

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mar 7 Déc - 0:17

[quelque part en Alençon, 2 jours plus tard]

Les premiers froids étaient arrivés en Alençon, sur un petit chemin, des enfants haut comme trois pommes jouaient à se courir après sous le regard de leur nourrice.
A quelques pas d'eux, dans une charrette, une jeune femme entièrement vêtue de noir observait la scène un sourire tendre aux lèvres, un bébé de deux mois profondément endormis contre elle.

Le calme fût rompu par un bruit de galopade qui fit se redresser le loup couché aux pieds de sa maitresse avant qu'il ne se recale ayant reconnu un des jeunes du village.


Madaaaame, Madaaaame, Madaaaame, vous avez reçut du courrier chez vous!


Une fois arrivé près de la charrette le jeune garçon reprit sa respiration et tendit un parchemin scellé.

Le pauvre pigeon qui vous l'a apporté était épuisé, je l'ai mit dans la volière avec vos messagers.

Intrigée, "madame" prit la missive, après avoir remit sa fille dans son couffin, et la décacheta, intrguée après avoir reconnue le sceau de sa petite cousine.

Après une lecture attentive et une relecture minutieuse elle se retourna vers le garçon qui attendait toujours.

Merci Bérenger, tu as bien fait de me l'apporter.
Reposes-toi le temps que je réponde à cette missive et tu ira l'envoyer avec le pigeon bleu, c'est le plus rapide et robuste.


Tout en parlant elle avait sortit son écritoire de voyage, qui ne la quittait pas et rédigea sa réponse.

Citation :

Très chère cousine Jade,

Encore une fois tous mes vœux de bonheurs.
Qu'il y en ai quand même d'heureux dans la famille.

Vostre offre me va droit au cœur mais je n'en abuserais point, vous devez dorénavant veiller sur vostre époux avant tout.

Je vous parlerais plus longuement de moi dans une prochaine lettre, je ne voudrais point vous faire languir de mes réponses tant attendues.

Pour vos problèmes de santé, vous souvenez-vous avoir mangé quelque chose de précis avant que vous ayez les premières nausées ? Peut-être quelque chose que vous n'avez pas l'habitude de manger.
Vous me dites que cela se dissipe dans la journée, auriez-vous changé vos habitude alimentaire du matin depuis vostre union ?

Si je ne m'abuse la Franche-Comté est en pleine période électorale, peut-être est-ce tout simplement le stress qui vous joue des tours. Bien que loin de vous j'ai ouï dire que vous visiez une place très haut placé cette fois-ci il ne serait donc point étonnant que le stress soit plus important. De plus vous devez inconsciemment redouter de décevoir vostre époux si peu de temps après le mariage.

Tenez moi au courant ma chère cousine,
En espérant que vostre prochaine missive m'annoncera que vous allez mieux.

Affectueusement

Pegasine

Une fois l'encre sèche, elle plia et scella le parchemin et le tendit au dénommé Bérenger.

Fais au plus vite mon garçon, et un fois cela fait passes par le sellier et prend un des pains et quelques fruits, tu les auras bien mérité.

Un hochement de tête plus tard le garçon prit le pas de course et fila aussi vite qu'il le pouvait vers le village à plusieurs lieues de là.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Jeu 9 Déc - 5:04

[Deux jours plus tard]

La jeune femme n'avait pas attendu une réponse à ne rien faire, ce n'était pas son genre, s'activant sans cesse pour la campagne électorale, ses inquiétudes se renouvelaient chaque matin pour la quitter lorsque les nausées se dissipaient. Elle avait toutefois remarqué qu'elle était plus fatiguée et qu'elle n'avait pas le coeur à la tâche, tâchant de se reposer plus souvent pour économiser ses énergies. Pendant une courte période de repos qu'elle s'était accordée, une domestique vint lui remettre une missive

J'm'excuse d'vous déranger M'dame mais paraît que c't'urgent

Jade, allongée sur le côté tendit la main pour recevoir le pli et lui fit signe de la main de se retirer avant d'ouvrir l'enveloppe portant le sceau de sa cousine. Elle lut et relut la lettre avec attention, réfléchissant aux questions qu'elle lui posait et se convainquit que ces élections lui causaient trop de soucis. Elle replia le parchemin, s'endormant prestement sur celui-ci.

[Le lendemain]

Les résultats devaient être révélés et la jeune femme, debout à l'aube, se sentant nauséeuse et portant le tout sur sa nervosité, en trépignait d'impatience, attendant la venue d'un pigeon qui tardait trop à son goût. Finalement l'attente prit fin ! Les résultats venaient de tomber et à la vue de ceux-ci, les nausées devinrent plus fortes, forçant la maîtresse des lieux vers le cabinet d'aisance, libérant son estomac qui était pourtant encore vide. Prenant sur elle et tentant de remettre un peu d'ordre autant dans sa tenue que son air qu'elle souhaitait paisible, elle en sortit, prenant un air digne qui contrastait avec la vitesse à laquelle Jade s'était éclipsée. Elle n'osait pas réveillé son mari, si elle avait remporté haut la main, la situation aurait été différente. Tournant en rond, ne sachant que faire, elle se mit à la tâche et entreprit d'écrire à diverses personnes dans le but d'obtenir leur soutien mais une autre urgence du même acabit que la première causa une nouvelle interruption forcée. Retour à la table de travail mais le destinataire changea drastiquement.

Citation :
Très chère cousine Pegasine,

Je vous remercie de votre promptitude à m'avoir répondu. À la lecture de vos mots, ne voyant pas ce que j'avais mangé de particulier ou fait de différent, j'ai mis votre lettre de côté et me suis endormie en plein après-midi, en me disant que je vous donnerais des nouvelles si cela persistait !

À vrai dire, pour répondre à vos questions, j'ai bien savouré de la nourriture différente mais pendant notre voyage de noces, ayant repris mes habitudes au retour. Or, mes malaises n'ont commencé qu'il y a une douzaine de jours, bien après notre retour en ma terre natale. J'avoue que je me levais plus tôt lorsque j'étais au Conseil pour la revue de l'inventaire mais je mange à toute chose près les mêmes aliments, seule l'heure de mon premier repas du jour se fait plus tard désormais.

Je dois toutefois vous annoncer les résultats, n'ayant obtenu que le tiers des voix, je suis, on ne peut plus déçue, j'espérais davantage. Mais, je me demande si cette annonce a provoqué les réactions qui ont suivi ? Force est de constater que, à l'aube de ce jour, mon estomac se rebelle sévèrement et, malgré que j'étais à jeun, celui-ci se considérait tout de même trop plein ! Je suppose que les résultats m'ont physiquement dégoûtée dans tous les sens du terme.

Je n'ai pas encore annoncé la nouvelle à mon époux, je redoute ce moment, je n'éprouve aucune fierté en ce moment et je sais qu'il m'aime, mais je ne veux pas le décevoir ! Je vous laisse pour l'instant, je crains de m'endormir à nouveau et je préfère rejoindre mon lit et mon Flavien pour cela !

Avec toute mon affection,

Jade

La lettre dûment scellée et remise pour envoi immédiat, la Sparte retourna auprès de son époux, se glissant sous les draps pour murmurer au creux de l'oreille de celui-ci

Je suis désolée...

Jade ne put poursuivre, une larme coula sur ses joues alors que sa gorge s'étranglait et, épuisée posa sa tête contre l'épaule de l'homme qu'elle aimait plus que tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pegasine

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Sam 11 Déc - 1:40

[3 jours plus tard, Domaine Royal]

C'était l'effervescence dans la demeure de Verneuil.
La Dame de Compagnie de la maitresse de maison ne savait plus où donner de la tête entre les provisions à stocker de façon à être accessible durant le voyage, ce qui pouvait se trouver au fond des charrettes et plus important : garder un oeil plus que vigilant sur les deux terreurs de 4 ans 1/2 qui servaient d'ainés à la Dame de Dampierre. Qui avait été dire que les filles étaient plus sages que les garçons ? La petite rouquine n'avait rien à envier à son jumeau... et la petite dernière qui suivrait le mouvement dans quelques années...

Dans sa chambre Pegasine remplissait ses malles de ses tenues colorées, ne gardant que quelques toilettes de deuil pour les quelques jours qu'elle allait rester encore ici puis pour le voyage. Dans le berceau prêt de la cheminée la petite Elfry gazouillait et cherchant à attraper cette chose bizarre qui lui passait régulièrement à porter de menottes : son pied.

Le jour déclinait quand le jeune Bérenger arriva dans la demeure en apportant un message pour Madame. La sachant toujours dans sa chambre, Philomène, la Dame de Compagnie de Madame, prit la missive et monta la donner à sa destinataire.


Madame, un courrier pour vous.
Il me semble que c'est la lettre que vous attendiez de vostre Petite-Cousine.


Ah, Merci Philomène.
Peux-tu aller vérifier l'avancement du repas pour les enfants le temps que je réponde à cette lettre?!


Sans attendre de réponse, elle alla s'installer à son petit secrétaire et fit sauter le sceau pour prendre connaissance du contenue de la lettre.
Après lecture, elle prit un parchemin vierge, une plume et ouvrit son encrier.


Citation :

Ma chère Petite Cousine,

Je suis tout aussi affligée que vous à l'annonce des résultats que vous m'avez communiqué.
Je ne puis que vous apporter mon soutient dans cette nouvelle épreuve.

Pour en revenir à vostre mal, si vous n'avez rien changer ou presque dans vos habitudes, nous pouvons éliminer le soucis alimentaire.
Néanmoins cet estomac rebelle me cause soucis pour vous.
Vous m'écrivez peut après avoir reçut les résultats il se peut donc que vous ayez été en proie à une manifestation physique de vostre stress.

Auriez-vous remarquez des détails, même insignifiants pouvant nous guider sur la piste de vostre mal, si vous continuez a en souffrir encore quand vous recevrez cette missive.

Affectueusement

Pegasine


Une fois le sceau apposé, la jeune femme fit porter la lettre pour qu'elle parte au plus vite vers le Saint Empire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Sam 11 Déc - 4:12

Des réunions, toujours des réunions ! Ainsi que de nombreuses missives ! Sans relâche, depuis des jours la jeune femme tentait d'être reconnue Comtesse, malgré son nombre inférieur de siège, elle avait réussi à obtenir un appui supplémentaire ferme mais un autre de l'équipe adverse était indécis, ce second tour allait s'avérer déterminant. La tension des derniers jours n'avait en rien amélioré ses symptômes mais la fatigue la gagnait plus facilement que d'habitude.

La jeune femme finissait de rédiger un parchemin lorsque le valet entra pour la cinquième fois de la journée avec des documents provenant de divers pigeons. Jade commença à les lire une à une pour y découvrir avec étonnement un provenant de sa cousine, soupirant d'aise, il était temps pour une pause, elle s'installa confortablement pour lire. Elle avait beaucoup réfléchi dernièrement et après avoir compté et recompté à de nombreuses reprises, elle avait commencé à douter, prenant la plume, la belle rousse s'empressa de répondre.


Citation :
Très chère cousine,

Vos mots me touchent et me réconfortent ! Au moment où je vous écris, le Franc Comte n'est toujours point nommé. Je lutte âprement et ne baisse point les bras alors que nous repartons pour un autre tour de vote. Ces éléments ne sont pas sans me perturber vous le croyez bien et mes symptômes sont tout aussi présents ! Mais nous sommes Sparte ! Donc fortes devant l'épreuve !

Toutefois, vous mentionnez que je vous rapporte tout détail aussi menu soit-il, et je n'avais pas réalisé immédiatement mais il semble que la période particulière qui nous affecte, nous les femmes, ne se soit produite depuis une période plus longue qu'à l'habituel. Je ne vois pas en quoi cela pourrait être relié à mes soucis d'estomac mais puisque vous le demandez, je vous le rapporte.

Je crois avoir pris mon parti de ma situation et j'ai remarqué qu'en mangeant quelques morceaux de pain le matin accompagnée d'une infusion de menthe poivrée, les nausées se calmaient plus rapidement.

Priez pour que notre conseil fasse un vote éclairé !

Avec toute mon affection,

Jade

Une fois la lettre scellée et expédiée par un solide volatile, la noble se remit à la tâche, se demandant à quoi son époux occupait ses journées dernièrement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pegasine

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mar 14 Déc - 21:04

Alors qu'elle venait d'aller rendre la clé de sa demeure au cadastre de la ville, un nouveau messager porteur de nouvelles de l'Empire arrivé.

S'installant sur le petit muret entourant sa désormais ancienne demeure, la jeune veuve prit connaissances de la réponse de sa petite cousine.
Un fin sourire fleurit sur ses lèvres à la fin de sa lecture et elle s'empressa de sortir son écritoire de voyage ainsi qu'une bougie pour l'éclairer, le soleil se couchant à l'horizon.


Citation :

Ma chère petite cousine,

Vous avez bien fait de me narrer ce retard dans votre période spécifique à nous les femmes.
Ce qui vous semble un détail, et que je suis sûre vous reliez aussi au stress que vous ressentez actuellement et l'élément qui m'a éclairé sur vostre situation.
Il vous faudra bien entendu consulter un médicastre au plus tôt pour mander confirmation bien entendu.
Je ne vais pas vous faire languir plus ma cousine, mais sachez que vostre mal, à tenter que cela soit considéré comme un mal pour une femme mariée, se soigne en trois saisons et fera la joie de vostre foyer.
Je vous connais Jade, inutile de lire et relire ma phrase précédente, vous avez, j'en suis sûre, déjà compris de quoi je parlais. Oui ma chère, il semblerait fortement que vous attendiez un héritier, ou une héritière.

Permettez que je pouffe doucement à la simple idée de savoir mon Suzerain, Leif Von Dumb, prochainement grand-père.

Mais je vous conjure de consulter un médicastre pour être sûre que c'est bien de cela que vous souffrez.

Prenez bien soins de vous

Affectueusement

Pegasine


Une fois la missive scellée, elle l'accrocha à la patte de son messager et le laissa s'envoler vers sa destination avant de rejoindre un petit groupe de cavalier et de charrette à la sortie de la ville et de monter sur sa jument, prête pour le début de son voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mer 15 Déc - 0:27

[Deux jours plus tard]

Lettre à la main, l'incrédulité aurait pu se lire sur le visage de la Sparte pour quiconque eut été présent dans la même pièce. Son coeur s'emballa et elle relut une autre fois pour s'assurer que ses yeux ne lui causaient pas quelques lubies dues à la fatigue et à la tension. La noble avait peine à croire ce qu'elle lisait, comment avait-elle pu être aussi naïve se demanda-t-elle ? Certes l'éducation donnée dans un couvent, aussi prestigieux soit-il, n'était pas matière à élaborer certains sujets de nature à faire rougir les nonnes et Jade avait souvent déplorer ce fait, s'enquérant de ses questions taboues auprès de parentes bienveillantes qui ne souhaitaient pas en faire une jeune fille trop prude et naïve tout en l'encadrant rigoureusement tout de même ! On lui avait bien expliqué le mystère de la conception, tout en lui recommandant sévèrement de préserver son honneur jusqu'au mariage mais la portion relative aux symptômes causés par le fruit de l'enfantement, avaient été totalement occultés. Dès lors, l'étonnement de la jeune femme s'expliquait par son manque de connaissance mais celle-ci se trouvait un peu idiote de ne pas y avoir songé plus tôt, se disant que mariée depuis quelques mois, follement amoureuse de son époux et comblée par ses attentions intimes et fréquentes envers sa personne, la chose allait éventuellement bien finir par se produire !

La surprise céda rapidement la place à la joie, regardant son ventre encore très plat d'un oeil intrigué et étonné, se demandant comment la vie prenait forme en elle, avec comme unique envie de courir dans les bras de Flavien pour lui annoncer la nouvelle mais un doute l'assaillit et ne souhaitant pas leur causer à tous deux une fausse joie, la noble décida de consulter illico un médicastre, sonnant sa domestique sur le champ, joignant l'action à l'intention


Fais quérir immédiatement le meilleur médicastre de la région et conduis-le ensuite discrètement à mon boudoir.

Dame Jade, vous êtes souffrante ?

Ne poses pas de questions et fais ce que je demande.

La servante avait certes visiblement eu quelques inquiétudes pour sa maîtresse mais Jade n'avait désormais qu'une idée en tête ; être fixée et ce, avant que Flavien ne rentre, le sachant occupé à régler une affaire à l'extrémité sud de ses terres. Heureusement pour elle, l'impétueuse rousse n'eut pas à attendre trop longtemps l'homme de médecine, celui-ci ayant abandonné tous ses patients gueux ou roturiers, trop heureux de s'occuper d'une Von Frayner ! Il se confondait en courbettes devant la Dame de Lignéville, s'enquérant obséquieusement de sa santé et de ce qu'elle souhaitait.

Je crois porter en mon sein, la descendance de mon noble époux et je souhaite que vous m'examiniez afin de me le confirmer.

La demande était faite, claire bien que très concise, la Sparte avait tendance à aller droit au but lorsqu'elle voulait quelque chose. Sa servante présente à ses côtés, les conventions et l'honneur ainsi respectés, le disciple d'Esculape procéda à l'examen de la jeune femme femme. Jade répondait à ses questions avec diligence pendant qu'il tâtait son pouls, écoutait sa respiration, vérifiait ses réflexes avec un petit marteau de bois, mais sentit la panique la gagner lorsqu'il demanda à sa soubrette de relever les jupes de sa maîtresse pour la suite de l'examen ! Se forçant à calmer son trouble en se disant qu'il s'agissait d'un professionnel de la médecine exerçant son art, la jolie noble regarda le plafond avec insistance, attendant anxieusement la fin de l'examen mais surtout le résultat de celui-ci !

L'interminable attente, du moins aux yeux de la belle Jade, prit fin alors que le médicastre lui annonçait pompeusement l'heureux événement, que la Dame de Lignéville se portait à merveille et qu'il reviendrait l'examiner seulement lorsque son ventre se serait arrondi. Alors que la future mère assimilait la nouvelle, la servante réalisait peu à peu ce qui se produisait et attendait les instructions qui ne tardèrent pas dès que l'homme de sciences se fut retiré.


Laisse-moi mais reviens vite me prévenir lorsque le Sire Flavien arrive et dis-lui bien que son épouse a un sujet... vital à discuter avec lui !

Une fois seule, Jade oublia toute réserve pour laisser toute la place à sa joie sans borne ! Elle ne s'attendait certes pas à une telle rapidité mais porter l'enfant de l'homme qu'elle aimait la comblait de bonheur, se serrant frénétiquement les mains en se demandant comment elle annoncerait la nouvelle à Flavien tout en repensant aux dernières lignes de la lettre de Pegasine, pouffant de rire à son tour !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flavien
Feu le Duc
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Jeu 16 Déc - 22:43

[Le lendemain des élections]

Flavien étant depuis quelque peu en Franche Comté pour les élections, il profitait de la richesse des terres de Jade pour chasser et pêcher. Insouciant, quoiqu'angoissé pour la réussite de Jade. En effet, malgré ce qu'il considérait comme une atteinte à sa masculinité et une flèche dans sa fierté d'époux, le jeune homme espérait de tout cœur, voir sa douce monter sur le trône. Un poste qu'elle convoitait avec envie, et qui lui permettrait de s'épanouir pleinement. Flavien recherchait le bonheur de sa femme, et si ce bonheur passait par cette épreuve, il serait prêt à faire des sacrifices (du moins ce que lui considérait comme des sacrifices!). D'autre part, si elle parvenait à être élue, il ne doutait pas une seconde que la FC en ressortirait grandie et rayonnante.

Bref, alors que l'alcool et autres substances enivrés encore son être, il se réveillait délicatement dans de la soie, la tête de sa femme dans le creux de l'épaule. L'atmosphère paraissait des plus paisibles, et l'air parfumé par les herbes fumées la veille en provenances de Commercy (fief d'un ami) ne faisait qu'adoucir ce délicat portrait idyllique.
Cependant, quelques minutes après son réveil, l'esprit un peu plus clair, il se rendit compte que sa femme, exprimait une détresse inhabituelle à laquelle il devait remédier!
Alors que Flavien venait de comprendre le pourquoi de ces pleures, il s'entendit murmurer à l'oreille


je suis désolée..

En mari attentionné, le Frayner reprit donc toute sa contenance et lui répondit tendrement, caressant les joues de Jade, et remettant de temps à autre une mèche bouclée.

Ma Jade, ne soyez pas désolée, vous reste à mes yeux la femme exceptionnelle que j'ai épousé, et en qui je remets toute ma confiance! Ainsi une seule élection perdue ne m'enlèvera pas l'amour que je vous porte! Bien au contraire.
Cela contribue à vous soutenir, à me rapprocher de vous et à vous chérir.
Je vous aime!


Il s'arrêta quelques secondes, déposa quelques baisers sur les lèvres de la Sparte, puis il reprit cette fois-ci de façon plus taquine et moins "officielle".

Et puis voyons le bon côté des choses! Je pourrai vous garder plus longtemps le matin auprès de moi dans le lit. Je pourrai profiter de vos douceurs la journée! Je pourrai abuser de vous! Nous pourrons donc faire mille et une choses...

Peut être même un héritier!
dit il une voix plus ironique encore

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Ven 17 Déc - 2:12

Tournant en rond fébrilement, les minutes paraissaient des heures à l'impatiente rousse, la fébrilité l'envahissait, fruit de son caractère entier et passionné, de la puissance des sentiments envers son époux, du bonheur qu'elle ressentait de même que de la frivolité qui lui restait parfois de ses quinze hivers ! Sa principale préoccupation demeurant la façon de lui révéler sa grossesse, la châtelaine répétait devant le foyer, les différentes annonces à Flavien, parlant à l'immense âtre en guise de substitution ! La scène, plutôt comique, aurait pu donner lieu à un joli spectacle pour quiconque y eut assister !

Mon tendre, je suis heureuse de vous dire que votre descendance est assurée...
Grrrr ! Trop cérémonieux !!!

Mon coeur, j'ai la joie de vous annoncer un heureux événement !
Non ! Ça ne va pas ! Trop fade !

Vous vous souvenez sûrement il y a quelques jours, avoir blagué en disant qu'en m'ayant tout à vous, vous finiriez bien par me faire un héritier ? Voilà chose faite désormais !
Oh ! Ma fille ! Pas de rigolade quand même !

Mon aimé, de nos nuits d'amour, nous en avons conçu le fruit...
Difficile d'être plus mièvre que cela !

Jade essayait sans cesse ne trouvant pas de formulation juste qui lui convenait, alternant entre les envolées lyriques ou les phrases directes, parfois en colère contre elle-même de ne point trouver le ton juste ou encore à moitié larmoyante de ses essais infructueux. La porte qui s'ouvrit la fit se retourner vivement, les joues légèrement rosées devant la servante lui annonçant que le Seigneur de Lignéville était de retour au domaine et qu'il viendrait rejoindre son épouse sous peu. La Sparte fit signe à la domestique de sortir, s'asseyant et se relevant à tour de rôle sans trouver position qui lui convienne. Les mots de son époux prononcés quelques jours plus tôt revinrent à sa mémoire avec distinction, la tendresse constante dont il faisait preuve envers elle, l'amour qu'il lui portait, le réconfort prodigué, continuait de l'émouvoir sans cesse. Chaque fois qu'il agissait ainsi envers elle, il ne faisait que renforcer l'amour que la jeune femme éprouvait pour son mari, remerciant chaque matin le Très-Haut de lui avoir mis un tel homme sur sa route. La porte s'ouvrit, Jade pensive, sensible mais apaisée, debout devant l'âtre, tourna la tête à nouveau en direction de l'entrée de la pièce et son sourire illumina son visage en voyant le beau Lorrain.

Mon aimé ! Je vous en prie, venez près de moi, j'aimerais vous parler, j'ai une nouvelle importante à vous communiquer.

D'un geste délicat, elle lui tendit la main en signe d'accueil chaleureux. Le ton était doux, nullement anxieux ou précipité, et en le voyant, ses yeux azurs brillèrent, ce qu'elle devait dire devint clair dans son esprit, il était l'homme qu'elle aimait plus que tout au monde, les mots couleraient de source en faisant confiance à son coeur.

Mon aimé, mon tendre Flavien... je vous ai parlé dernièrement des quelques soucis de santé qui m'avaient perturbée. J'ai écris à ma grande cousine Pauline qui, en lui décrivant mes symptômes m'a conseillée de consulter un médicastre pour confirmer les hypothèses auxquelles elle songeait.

De crainte que son époux s'inquiète, Jade prit doucement les mains de Flavien pour les déposer délicatement sur son ventre et poursuivit en le regardant dans les yeux

J'ai fait venir le médicastre. Rassurez-vous ! Je vais bien, très bien même ! Il semblerait que ce qui m'affecte soit tout à fait normal et cela me passera dans quelques mois... Notre lune de miel paraît avoir... porté ses fruits... Une nouvelle vie viendra sous peu combler notre bonheur !

Elle baissa les yeux à l'endroit où elle avait posé les mains de son tendre compagnon, regardant avec émotion celles-ci sur son ventre puis releva la tête en souriant, son coeur battait à tout rompre, la nouvelle Von Frayner ne s'était pas aussi bouleversée depuis le jour de son mariage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flavien
Feu le Duc
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Ven 31 Déc - 15:33

Flavien profitait de ces quelques beaux jours d'hiver, pour rendre visite aux villageois et leurs champs enneigés. Vacant à pied et saluant chacun d'entre eux, il prenait le temps de vivre. Le jeune frayner était inconscient de ce qu'il se tramait derrière son dos, bien loin d'imaginer un homme auscultant SA femme dans les moindres détails, même les plus inconvenants!

Cependant, après avoir fait le tour du domaine, et lors de son retour au castel, Flavien se remémorait les derniers maux de sa douce, souffrant apparemment du bas ventre. Il décida donc, de guérir Jade par l'amour et de cueillir les rares fleurs que l'on puisse trouver en cette saison. (je ne sais pas s'ils en existent ..). Bref, après quelques longues minutes d'une recherche acharnée, il tomba sur un coin à l'abri des tempêtes et autres tours du démon. Un coin qui lui offrait une fleur violette, délicate, aux senteurs exquises.

Une fois les fleurs attachées les unes aux autres, il reprit le chemin en direction de sa Sparte. Une femme qui lui procurait tant de joies, de plaisirs, de bonheur et de prospérité, que pour rien au monde il ne voudrait la perdre. Pour se faire, il emploierait tous les moyens pour la faire guérir, et la remettre sur pied, enfin du moins, la garder sur pied!

Enfin arrivait, il se laissa soigneusement défaire le mantel par l'un des servants, avant que celui si ne lui dise


Sire, votre épouse vous demande à l'étage! Elle paraissait très insistante, mais n'a pas voulu m'en dire plus



Insistante, seul ce terme avait été conservé par le jeune homme, et il partit rapidement en direction de son aimée.
Montant rapidement les marches deux par deux, le Frayner arriva légèrement essoufflé devant sa femme. Elle ne paraissait pas atteinte par le mal, plutôt gaie même! Ses traits étaient fins, beaux et lumineux, et aucun signe du mal n'était présent.
Il pénétra donc dans la pièce, une main derrière le dos et tenant le bouquet.


Ma douce, vous avez fait requière ma présence ici même! Que se passe t'il?


Une fois assis à ses côtés, la jeune femme se mit à parler. Tout d'abord de cousine, de symptômes, de médicastre, d'hypothèses qui lui laissait présager le pire, quand soudain, elle lui prit sa main libre pour la déposer sur son ventre. Elle ne lui laissa point le temps d'ouvrir la bouche, ni même de lui offrir les fleurs, qu'elle reprenait plus vivement.

"Rassurez-vous ! Je vais bien, très bien même " firent apparaitre chez le jeune homme un soulagement incroyable, et alors qu'il pouvait enfin être libéré de toutes ses pensées malsaines dont il était victime, une deuxième nouvelle vint le frapper, comme un coup de tonnerre!
Sa Jade, sa femme, son aimée, sa dulcinée était en ceinte, elle portait sa descendance, son fils... Un évènement inattendu pour l'époux, et pourtant si prévisible... Les mots ne venaient pas, ils ne venaient plus et le seul geste que Flavien put faire, fut de donner le bouquet à sa femme.
Désormais, ce bouquet était signe d'amour et de futur.
Son coeur était prêt à déchirer sa poitrine, et enfin, après quelques minutes de baisers intenses et autres caresses, des mots sortirent de ses lèvres


Mon amour, quel bonheur d'entendre cette nouvelle! Nous avons enfin une descendance!
Je vous aime, et je vous aimerai toujours! Vous êtes formidable.
Voilà que je me languis déjà d'avoir cette merveille à mes côtés et de pouvoir lui donner une éducation digne de notre rang!


Flavien était le plus heureux, et bientôt il terminait de "grandir", étant désormais un homme responsable.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Dim 9 Jan - 4:20

Encore empreinte de l'émotion de son annonce, la belle rouquine se demandait comment son aimé réagirait à celle-ci. Elle n'avait imaginé aucun scénario de réaction, trop préoccupée à concocter celui de l'annonce, la noble ne concevait que le bonheur lié à un tel événement, certes aussi la surprise mais certainement pas un déplaisir. Heureusement pour la jeune femme, l'attente ne fut guère longue, un bouquet de fleurs faisant aussitôt son apparition, attendrie, émue, bouleversée de cette touchante attention, et Jade éprouva un sentiment encore plus vif et puissant pour le jeune von Frayner. L'envie subite de l'embrasser sembla réciproque et la future mère se laissa aller dans les bras du noble Lorrain, rendant les baisers avec la même intensité, le coeur battant à tout rompre, l'amour et la joie l'envahissaient. Lorsque les baisers cédèrent la place aux mots, les sentiments déjà intensément ressentis, s'embrasèrent sous la déclaration d'amour qui lui était faite.

Je suis comblée ! Oh ! Que je vous aime ! Quelle joie que de vous donner un héritier ! Un enfant qui vous ressemblera et que j'aimerai tout autant que vous !

Vibrant d'une puissante envie de crier au monde entier la joie qui l'animait, la Dame de Lignéville ajouta rapidement

Il me faut dès à présent annoncer cet heureux événement à mes parents !

Mais fébrile, Jade changea d'idée pour embrasser à nouveau son époux, trop entière dans ses sentiments, amoureuse plus que jamais.

J'espère que je vous donnerai un fils...

Perdue dans ses pensées reliées à l'enfantement, la jeune femme se dit qu'elle devrait aussi écrire à sa cousine pour la rassurer... pour le moment elle partageait avec Flavien l'euphorie et la félicité de la nouvelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mer 26 Jan - 16:41

[Quelques semaines plus tard]

Je vous en prie mon aimé ! Cessez de me faire languir ainsi !

Le ton fébrile de la jeune femme n'était pas équivoque, il témoignait d'une impatience quasi enfantine face aux cadeaux d'anniversaire. Jade, jugeant qu'elle avait été plus que patiente puisque son jour de naissance était passé depuis plusieurs jours, mais le Seigneur Lorrain s'était montré ferme, pas avant le retour à Pontarlier ! L'impétueuse rousse n'avait point eu d'autres choix que de s'incliner et subir, du moins le concevait-elle ainsi, la décision de son époux. Aussi, il n'est pas surprenant qu'aussitôt arrivés, qu'elle se mit à lui rappeler, avec force et vigueur, sa promesse.

Elle espérait fortement que ce cadeau lui ferait oublier les dernières semaines. La levée du ban comtois avait forcée la Dame d'Autrey-lès-Gray à respecter son allégeance et servir à la défense tout en étant nommée Grand Argentier de Franche-Comté pour aider l'économie à survivre à la guerre. Le moment était fort mal choisi alors qu'elle espérait faire partie d'une liste électorale lorraine, elle se voyait confinée malgré elle en Franche-Comté. Heureusement non assignée au front, Flavien y avait mis son veto, hors de question de voir son épouse enceinte en première ligne à se battre ! Elle avait eu le regret de perdre Acis, le gouverneur, un collègue et ami, de même que sa grande cousine Pauline, plusieurs membres de sa famille ou amis blessés au combat. Mais rester passive n'était pas du ressort de la noble, elle avait dès lors pris la charge d'un convoi pour récupérer des quintaux de pierre essentiels à l'entretien des mines. Alors que les nausées lui laissaient quelques répits, la longue route, le froid, dormir à la belle étoile, eurent tôt fait d'affecter la future mère. À son retour à Dole, Jade n'avait pu que constater qu'elle avait encore maigri au moment de prêter allégeance au Franc-Comte. Inquiète, elle avait consulté un médicastre de la capitale qui lui avait assuré que c'était normal mais qu'elle se devait de prendre un de repos, se ménager pour ne pas nuire ni à sa santé, ni à celle du futur héritier. Ils avaient alors pris la route de Pontarlier où, si la défense n'était pas requise, leur laisser amplement le temps de pêcher ! Mais la pêche lui laissait beaucoup de temps pour la réflexion mais surtout la curiosité !

Le Von Frayner l'avait regardé en riant, lui demandant de le suivre, aucune hésitation de la part de la belle rousse, trop curieuse, qui se rendit à un endroit dont elle ignorait tout et qui, dissimulait les cadeaux, évidemment trop volumineux pour être enveloppés ! Jade était au paroxysme de la curiosité devant l'immense tissus qui camouflait le tout !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Sam 5 Fév - 18:30

Devant les tissus, Jade trépignait d'impatience, Flavien se plaisait sûrement à la voir faire car il semblait prendre un malin plaisir à étirer le temps et affichait un sourire narquois. Finalement, il lui demanda de tirer sur un noeud qui fit tomber d'un coup sec les tissus et c'est une Jade, sidérée par le magnifique cadeau, les yeux écarquillés tant elle n'y croyait pas qu'elle entendit son époux lui dire

Je me suis dis qu'une femme de votre qualité mérité mieux que de voyager sur une vieille jument, alors je vous offre cette belle jument de pure sang, ainsi que ce carrosse que je trouve parfaitement à votre goût !

La noble émue par le présent, l'attention et la surprise que Flavien lui causait, réagit de façon instinctive en passant les bras autour du cou de son mari pour le couvrir de baisers.

Flavien !!!!! vous êtes trop généreux !!! oh !!! vous êtes si attentionné pour moi !! Quelle superbe bête ! Et ce carrosse ! Oh ! Mon aimé, vous avez un goût superbe !

Elle fit le tour de la jument, la caressant, lui parlant pour l'apprivoiser à sa voix, se disant qu'elle ferait de jolies ballades sur cette jument en compagnie de Flavien à découvrir sa future patrie. Prenant la main de son adorable mari pour appui, Jade monta dans le carrosse pour l'observer de plus près, admirant le confort des sièges, la douceur des tissus, la décoration finement ouvragée. puis remarque un paquet

Mais qu'est-ce donc mon amour ?

Alors que celui-ci l'encourageait à ouvrir, la fierté envahissait son visage attendant que sa belle ouvre le paquet, Jade s'exécutait pour y découvrir une petit merveille ! Un magnifique bracelet en or dont Flavien avait fait gravé un mot à l'intérieur. Ses yeux azurs se remplirent de larmes, allant de Flavien au cadeau... plutôt aux cadeaux ! Et la jeune femme se sentait désemparée devant la générosité sans borne de l'homme qu'elle aimait. Que trop sensible, depuis le début de la grossesse, elle oscillait entre le rire et les larmes, se jugeant que par trop gâtée, ne sachant pourquoi elle méritait tout cela ! Sortant du carrosse pour embrasser le Lorrain avec son habituelle fougue, l'impétueuse rousse se laissa cajolée, serrée dans les bras qu'elle affectionnait et embrassée, tout à son bonheur de ses instants merveilleux, se demandant comment le Seigneur avait réussit pareil tour de force, lui murmurant des mots doux qui s'échappaient tendrement de ses lèvres entre les baisers.

Tu es si gentil pour moi ! si attentionné ! je t'adore Flavien !


[Basé sur le RP entre les joueurs]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Ven 18 Fév - 18:25

Des semaines s'étaient écoulées depuis les magnifiques présents que Flavien lui avaient offerts et plusieurs événements s'étaient produits. Ils avaient fait route pour le Duché de Lorraine, les charrettes chargées à ras bord. Le convoi était parti plus tôt, le couple ayant fait un arrêt au Château de Salins, fief des Sparte pour deux cérémonies auxquelles la jeune femme était conviée, le baptême d'un ami proche, le Seigneur de Fougerolles et l'anoblissement de son demi-frère Gregor. Ils avaient aisément rattrapé le convoi à Luxeuil, permettant à la jeune femme de chevaucher sa nouvelle jument, cette dernière se montrait fougueuse mais obéissait sans aucun effort, comme si la nature intrépide de la noble rejoignait celle de la bête. Le couple s'était amusé à quelques courses pour comparer la vitesse de leur monture et l'insouciance de leur chevauchée revêtait un caractère joyeux face à leur destin. La belle rousse éprouvait tout de même certaines appréhensions, se demandant si elle serait acceptée facilement, si elle ne s'ennuierait pas loin des siens et de la politique, comment se déroulerait cette grossesse. Le noble Lorrain lui avait assuré qu'il serait présent pour elle, qu'un sort similaire à sa cousine Elfriede ne lui arriverait pas, l'encourageant, ne ménageant pas ses efforts en ce sens jusqu'à ce qu'il sentit son épouse rassurée.

Jade, qui craignait l'ennui, fut rapidement convaincue du contraire ! Quelques jours après leur arrivée et avoir été nommée ambassadrice, le Castel tombait et le couple se rendit à la capitale pour reprendre le Château... et la Sparte se retrouva à la tête des 6 mines lorraines dans le temps de le dire avec un rôle de conseillère spéciale ! L'apprentissage de la vie politique débuta à une vitesse étourdissante pour la nouvelle Lorraine, plongeant tête première dans ses nouvelles tâches, se consacrant à sa nouvelle patrie avec enthousiasme bien que se languissant de son époux qui avait beaucoup de travail à rattraper sur son domaine depuis leur retour.

Heureusement pour la Dame de Lignéville, elle avait matière à se réjouir pour autre chose ; son enfant avait commencé à bouger et son ventre s'arrondissait légèrement. Peu certaine au début, Jade avait fini par comprendre que ce qu'elle ressentait était bel et bien dû à leur enfant, Flavien avait posé ses mains sur le ventre de sa douce pour tenter d'en percevoir les signes ce qui avait obligatoirement émue la future mère surtout lorsqu'il lui murmura qu'il jugeait déjà leur fils très costaud.


Tout comme son père alors ! Espérons qu'il ait en plus votre caractère plutôt que le mien mon aimé ! Bien que parfois, j'ai l'impression que je suis la seule à penser ainsi !

Un sourire malicieux orna le visage délicat de la noble qui se demandait comment elle pourrait être plus heureuse qu'en cet instant.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flavien
Feu le Duc
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Lun 21 Fév - 19:45

le présent enfin offert, Jade était visiblement heureuse, et cela ne pouvait que combler Flavien. Suite à cela et quelques jours plus tard le couple prit la route vers la Lorraine leur futur lieu de résidence. L'anxiété se lisait manifestement sur le visage de la frayner de sparte, qui se dirigeait vers l'inconnu. Elle devrait faire face à certaines difficultés, dont Flavien était assuré qu'elle arriverait à les surmonter...
Une fois installé en Lorraine, Flavien était très pris par divers activités, et il ne voyait que très peu Jade! Il faisait cependant son maximum pour la voir, la soutenir, et s'il le pouvait la conseiller!
Un jour, alors, le jeune homme, pour redorer le cœur de sa bien aimée, décida dans l'emmener faire un tour à cheval.
Chacun sur sa monture, ils prirent la direction des forêts de Lignéville. S'amusant à sauter les troncs déterrés et autres racines, présentes sur le sol.

Le jeune homme criait à sa douce et de façon régulière compliments, et des signes d'amour aussi diverses les uns que les autres


je vous aime!

vous êtes belle!

vous êtes mon bonheur...

etc...


le "vieux" couple s'amusait, riait comme au premier jour, se plaisant à retrouver une complicité!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mar 22 Fév - 1:33

Les mots doux raisonnaient en son oreille comme de tendres échos, il la comblait et leur amusante escapade lui rappelait les impétueuses chevauchées de leur voyage de noces. Ils n'avaient guère eu l'occasion de s'amuser ensemble depuis leur départ de Pontarlier et cet instant ramenait de la joie au coeur de la noble. Son ventre légèrement arrondi en ce début de dernier trimestre, n'était pas assez gros pour l'empêcher de vaquer à ses occupations régulières et surtout de chevaucher sa précieuse Tornade, comme elle l'avait baptisée !

La jument sautait bien, elle réagissait avec habileté au moindre mouvement de la jeune femme et Jade tout à son bonheur envoya un baiser de la main à son mari avant de se précipiter vers le second tronc pour le prendre de vitesse. L'air frais de la fin de l'hiver lui fouettait le sang et l'enhardissait. Comme sa monture rattrapait celle de Flavien, ils passèrent près d'un fourré et la Sparte voulant répondre à ses dernières paroles, fit à nouveau le geste de lui envoyer un baiser. Les secondes suivantes donnèrent l'impression d'être fort longues tout en se déroulant néanmoins rapidement. Pourchassé par un renard, un lièvre bondit hors du fourré, la jument, surprise, se cabra et la belle rousse, distraite, ne tenant les rênes que d'une main, se retrouva violemment projetée par terre en poussant un cri de surprise.

Ébranlée par la chute, Jade resta par terre, le souffle court, secouant la tête pour reprendre ses esprits quand une douleur fulgurante lui traversa les entrailles, un gémissement s'échappa de ses lèvres alors qu'elle se recroquevillait sur elle-même, une main sur son ventre. Une peur immense l'envahit alors que Flavien arrivait à ses côtés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flavien
Feu le Duc
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mar 22 Fév - 21:36

Alors que Jade arrivait à sa hauteur en le saluant de la main, un lapin, à toute vitesse passa devant la belle jument de Jade. Elle eut pour réflexe et seule défense de monter sur ses pattes arrières, projetant ainsi, sa cavalière au sol. Flavien qui lui avait vu passer le lapin derrière lui, descendit d'Arthazar, et se précipita aux côtés de Jade qui poussa un cri strident.
Il parvint à ses côté, se mit à genou, et posa la tête de Jade sur ceux là.


Ma douce....

Il reprit affolé par la situation, ayant une peur qui l'envahissait peu à peu. Le jeune homme et futur père s'imaginait déjà le pire envoyant Jade se toucher le ventre.


Comment allez vous? Avez vous mal quelque part?
Comment va votre ventre?

Répondez??

Ma douce, mon aimée, oooh grand dieu! Parlez moi...!!


Le frayner n'avait alors, jamais été confronté à ce genre de situation et il était à la limite de se laisser dépasser par les émotions. Cependant, il savait aussi qu'il devait ne pas affoler Jade, et restait calme. Il souffla un bon coup, et embrassa Jade sur le front pour la rassurer.

Au loin, il vit un garde qui surveillait les alentours du castel, et les limites du domaine de Lignéville, et il lui cria.


Appelez un médicastre et faites amener un carrosse! EH vite!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mar 22 Fév - 22:57

La douleur la terrassait, la tête posée sur les genoux de Flavien, elle entendait ses questions mais la voix semblait lui manquer pour y répondre. Jade avait l'impression qu'une lame s'enfonçait en elle, sa seule respiration la faisait souffrir et parvint après un moment à enfin parler. La jeune femme avait perçu les accents d'inquiétude dans la voix de son époux, ce qui n'aidait en rien à calmer la sienne. Elle finit par articuler en mono-syllabes

Mal... ventre... bébé...

Jade regarda son époux, visiblement inquiète et souffrant, un regard qui implorait son aide. Il déposa un baiser sur son front et appela de l'aide ce qui la rassura quelque peu. Flavien tentait de la soutenir, la gardant contre lui, lui disant des mots doux entremêlés de paroles rassurantes pendant que les secours arrivaient. Son époux la déposa lui-même dans le carrosse et la jeune femme se mordit fortement les lèvres en ressentant les chaos de la route, laissant échapper quelques faibles gémissements et par réflexe serra fermement les jambes, craignant le pire, comme si ce simple geste pouvait empêcher l'impensable. Alors que Flavien la transportait dans la chambre, Jade s'accrocha vivement à lui en sentant un liquide entre ses cuisses et ses yeux s'embuèrent de larmes alors qu'elle parvint à faiblement murmurer

Le bébé... vite mon amour... le médicastre !!!

La Sparte se sentait coupable de sa distraction, de son manque d'équilibre, et peinait à ravaler ses larmes ne voulant pas alarmer le Seigneur de Lignéville, alors qu'elle avait mal à la fois dans son corps et son coeur, réalisant que leur enfant n'allait pas survivre à la chute. Le médicastre arrivait, le même obséquieux qui lui avait annoncé qu'elle était enceinte, il évalua rapidement la situation, la future mère perdait beaucoup de sang et souffrait alors qu'elle perdait l'enfant, trop petit pour survivre à cet âge, le bébé, un fils, mourut quelques secondes plus tard. Il termina ses soins médicaux à la mère, épuisée, laissant celle-ci aux soins délicats de deux servantes, leur recommandant de lui faire boire une potion de son crû avant de se diriger vers le père qui s'inquiétait.

Votre Seigneurie ! Votre épouse a perdu beaucoup de sang mais elle est jeune et en bonne santé, elle s'en remettra d'ici quelques jours. Elle doit se reposer, garder le lit et ne se lever que pour de brefs moments pour éviter de nouveaux saignements. Je suis désolé pour votre fils...

L'homme de sciences, qui était souvent très lourd et prenant, pour une fois fit preuve de tact et réalisa sa présence gênante, il se retira en même temps que les servantes, refermant la porte sur le couple et l'épreuve qu'ils devaient traverser.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Flavien
Feu le Duc
avatar

Nombre de messages : 48
Date d'inscription : 17/02/2009

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mer 23 Fév - 16:45

Le carrosse enfin à leurs côtés, Flavien prit la Sparte dans ses bras pour la déposer à l'intérieur. Dans le même temps, il s'empressait de faire accélérer les deux montures qui tiraient ardemment le couple. Flavien voyait sa douce, secouée par le terrain, poussant parfois de petits cris qui laissaient présager le pire! Le pire pour de futurs parents. Le jeune homme n'eut alors pour réflexe que de poser la main sur le ventre de Jade, et de lui glisser.

Ne vous inquiétez pas, ça va aller! Notre fils est solide et fort!

Une fois arrivé devant le castel, Flavien fit sauter la porte du carrosse d'un puissant coup de pied, il prit Jade dans ses bras, et l'emmena rapidement à l'étage, dans leur chambre. Une fois sur le lit, Flavien du sortir car le médicastre déjà présent sur les lieux allait examiner sa femme. Ce vieux pervers allait pouvoir regarder la femme la plus belle d'empire, sans qu'il ne puisse rien dire, la vie de son enfant étant en jeu.

Après quelques minutes d'auscultation, l'homme ressortit de la pièce, annonçant au futur père, qu'il ne l'était plus... Flavien qui pensait enfin faire la fierté de son père, lui procurant une descendance, venait de perdre tout espoir! Des rêves qui s'éclipsèrent brutalement.
Pendant quelques secondes, et avant de rentrer dans la chambre, il se mit à en vouloir à sa femme, l'accusant de tous les maux! Allant même jusqu'à penser qu'elle n'était pas digne de lui, et du nom royal des Frayner. Avant que cet état de colère ne disparaisse, à l'entrée dans la chambre. Il se contrôla, retrouvant son calme habituel.
Il vit sa Jade triste, que dis je, effondrée par la nouvelle qu'elle venait d'apprendre. Elle était manifestement encore sous le choque (tout autant que flavien surement), et alors qu'il arrivait à ses côtés, le jeune frayner ne put s'empêcher de la serrer contre lui, chassant toutes ses mauvaises pensées.
A ce moment, seul leur amour pourrait les aider à surmonter cette terrible épreuve, et flavien ne manqua pas de le rappeler à la Sparte en lui glissant.


ma douce, je vous aime, cette triste nouvelle, ne pourra entacher l'amour que je vous porte, et je vous promets, qu'un jour, nous aurons une descendance!

Le jeune homme, voulait rester digne, et il se contenait de verser des larmes, se demandant pourquoi, pourquoi le seigneur lui avait lancé ce terrible drame? Pourquoi ne l'avait il pas laissé vivre en paix? Qu'avait il fait de mal?
Tant de questions qui trottaient dans la tête de Flavien, et qui risquaient de tourner en boucle, assaillant le garçon sans condition..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mer 23 Fév - 18:26

Allongée dans ce lit, d'où toutes traces du drame avaient disparues, la noble se sentait vide. La vie qui l'habitait quelques instants auparavant n'était plus, elle ne la sentait plus bouger en elle et la disparition de cet enfant auquel Jade s'attachait un peu plus chaque jour, imaginant à quoi il ressemblerait, comment le nommerait-il, la laissait dévastée. La jeune femme avait réussi à retenir ses larmes tant que les domestiques étaient dans la pièce mais lorsque Flavien la serra dans ses bras en lui murmurant des serments d'amour, ses barrières cédèrent et le torrent de larmes qu'elle retenait se répandit contre le torse du jeune Von Frayner.

C'était un petit garçon... il était trop petit pour survivre... je suis si désolée...

La rousse habituellement si forte, tremblait dans les bras de son mari, secouée par les larmes qui ne devaient que sortir pour la calmer, faire le deuil de leur enfant. La douleur du corps avait cédé la place à celle de son coeur et la Sparte ne se souvenait pas avoir été si triste de toute sa courte vie. Elle s'en voulait, se sentait coupable et se blâmait de sa maladresse à cheval, trop accablée pour exprimer ses remords à l'homme qu'elle aimait plus que tout, torturée en passant à ce bébé qu'elle avait brièvement vu. Après un long moment blottie dans les bras de Flavien, elle réussit à lever la tête pour lui dire courageusement, espérant surmonter sa détresse

Oui, mon bien-aimé, je vous donnerais des enfants... autant que vous en souhaitez... je vous aime tant !

Elle avait souhaité le faire sourire, tentant elle-même de le faire comme si le geste pouvait chasser le malheur qui les accablait, le regardant avec tendresse voir même avec admiration de la façon dont il s'était comporté en ce funeste jour, elle se dit qu'elle l'aimait encore plus qu'avant. Jade comprit qu'elle tirait sa force de l'amour que le noble lui témoignait et que ce n'était qu'ainsi qu'elle surmonterait cette épreuve.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jade
Mère du Duc
Mère du Duc
avatar

Nombre de messages : 1653
Age : 25
Localisation : Au lit
Emploi/loisirs : À la retraite
Date d'inscription : 25/03/2010

MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   Mer 2 Mar - 4:39

Entêtée, elle était parvenue à se lever, la belle rousse avait craint une douleur vive mais celle-ci se révéla supportable bien que toujours ankylosée de la chute. Soutenue par Flavien, elle parvint à marcher d'un pas lent mais assuré et voulant apaiser son époux qui s'était inquiété pour elle, Jade prononça quelques mots d'un ton qu'elle voulait gai, tenter de chasser sa propre tristesse.

Voyez mon aimé ! Je vais beaucoup mieux ! Bientôt, je remontrai sur ma Tornade !

Ses yeux se noyèrent dans ceux du beau Lorrain et la Sparte aurait donné n'importe quoi à cet instant pour rendre heureux son homme. Ses émotions s'opposaient avec force voir même violence, la culpabilité et la détresse reliée à la perte de leur enfant contrastaient furieusement avec l'amour et la passion qu'elle éprouvait pour lui. Son coeur mis en émoi par les ravages de ses sentiments, la faisait valser sur une gamme d'émotions vastes qui lui arrachaient parfois des larmes qu'elle aurait aimé souhaité ravaler.

Jade savait qu'elle devrait annoncer la nouvelle à leurs proches mais la tâche la répugnait, comme si le fait de le dire concrétisait une réalité qu'elle souhaitait éluder. Mais la vie l'avait quittée et bien que ses mains se posaient encore sur son ventre à intervalles réguliers, les légers mouvements devenus familiers étaient bel et bien absents. Le médicastre l'avait bien avisée d'attendre une dizaine de jours avant que son époux se montre intime avec elle et qu'il était possible que cela prenne plus de deux ou trois mois avant que son corps soit apte à concevoir et porter en elle la vie à nouveau, qu'il lui faudrait de la patience. Un soupir triste s'échappait alors de ses lèvres alors que l'angoisse la rongeait, une crainte envahissait son esprit ; pourrait-elle bientôt donner un héritier à Flavien ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque l'inquiétude gagne une jeune mariée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le talent " Inquiétude "
» pas d'inquiétude, c'est juste un pont [PV ABRAXAS]
» Comme disait la/le jeune marié(e)
» Talent inquiétude
» Classes jeune mariée et héros mage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Château de Vittel :: Domaine du Duché de Vittel :: Château de Vittel :: Aile Nord-
Sauter vers: